David M. Hart, "Gustave de Molinari and the Future of Liberty: ‘Fin de Siècle, Fin de la Liberté'?"

[Created: April, 2001]
[Updated: April 23, 2016]

A paper presented to the Australian Historical Association 2000 Conference on "Futures in the Past",
The University of Adelaide, 5-9 July, 2000.

 

 


 

Revised April, 2001; and 10 Sept. 2013; updated June 28, 2015.

Contents:

  • A. The Last of the "Old School" of Classical Liberalism
  • B. The Radical Liberalism of Gustave de Molinari
  • C. Gustave de Molinari on the Future of Liberty
    • Did the "Fin de siècle" mean the "fin de la liberté"?
    • The Achievements of the 19th Century
    • Militarism and Imperialism
    • Protectionism
    • Statism and Socialism
    • The Prognosis for Individual Liberty
  • Appendices
    • 1: The Achievements of the 19th Century - "Le XIXe siècle" (Jan. 1901).
    • 2. The Prospects of the 20th Century - "Le XXe siècle" (Jan. 1902).
    • 3. Molinari's "Last Words" (1911)
  • BIBLIOGRAPHY
    • Primary Sources
    • Secondary Sources
  • Footnotes

A. The Last of the "Old School" of Classical Liberalism

When Gustave de Molinari’s book Esquisse de l'organisation politique et économique de la Société future (Sketch of the Political and Economic Organization of the Future Society (society of the future?)) (1899) was published in an English translation in 1904 Molinari was 85 and only had another 8 years to live.1 His long life had very neatly coincided with the rise, flourishing and then decline of the classical liberal reform movement in Western European society during the course of the "long nineteenth century".2 He was one of the last members of the "old school" of classical liberalism, a school of thought which believed in natural rights, laissez-faire economic policy, absolute free trade, and ultra-minimal government, and which strenuously opposed war and empire. Even the liberals who arranged for the translation and publication of his book found his adherence to the "old school" of liberalism a little puzzling and perhaps even embarrassing, as some of the remarks by Hodgson Pratt in the introduction make clear. It seems that Molinari’s brand of laissez-faire liberalism had little to say to the "workers" of the great industrial cities in 1904, whereas the "New Liberals" like J.A. Hobson had more appropriate theories to solve the "social problem. So why, then, publish Molinari’s book in English? Perhaps it was his anti-imperialism which attracted the publishers to the book. The Hobsonite new liberals thus might have found Molinari’s views useful in their fight against British imperialism. But the reason is not entirely clear.

The original French edition of the book had appeared in 1899 under the title Esquisse de l'organisation politique et économique de la Société future, or "a sketch of the political and economic organisation of future society". The English title gives the perhaps false impression that Molinari was making a prediction about the form society would take in the near future ("tomorrow"). The French title is less specific as it refers to a more general "future society" and, given the growing pessimism about the 20th century which Molinari was expressing in several articles he published at the turn of the century, it is clear that Molinari did not believe a free society would emerge until at least 50-100 yeas in the future. The "society of the future" he had in mind was probably not 20th century society but more likely 21st century society.

The French edition of the book had been published by the firm Guillaumin which had been publishing classical liberal books (many indeed by Molinari himself) for over 50 years. Like many of his books it was a loosely rewritten version of articles he had written for newspapers and journals such as the Journal des Économistes. Like the classical liberal movement itself, Molinari was in his twilight years when the book appeared and it reflected the concerns he had during the last 20 years of his life to fight what he regarded as a resurgence of militarism, protectionism, imperialism, statism and socialism. The books which he put together from his journalistic writings at the turn of the century, like Grandeur et decadence de la guerre (1898), Esquisse de l'organisation politique et économique de la Société future (1899), Les Problèmes du XXe siècle (1901), therefore reflect the more contemporary concerns of the political battles which were taking place in western European societies: conflicts between the European colonial powers (especially the newly expanding German Empire and the more established British Empire), the tariff wars between the Great Powers, the rise of labor and socialist parties, and the changes taking place within the traditional "liberal" parties as they struggled to come to terms with the demands of the new electorate and the intellectual challenge of socialism. Molinari, as one of the last members of the "old school" of classical liberalism, took up his literary sword one more time to re-fight battles which he might have hoped had been won decades before.

Molinari was not the only surviving member of the "old school" at the turn of the century. There were others, but most died in the first decade of the new century. Only a very small handful made it into the second decade. They were all gone by the end of the First World War. The "old school" of 19th century classical liberalism was a group of individuals who were born in the 1820s and 1830s (although there were a few "younger" members of the school who were born as late as the 1840s), who became politically active in the late 1840s and 1850s, and who died in the early years of the 20th century before the onset of the First World War. The core of the "old school" of classical liberalism includes the following (in order of date of birth): Gustave de Molinari (1819-1912), Herbert Spencer (1820-1903), Lord Acton (1834-1902), Eugen Richter (1838-1906), Auberon Herbert (1838-1906), William Graham Sumner (1840-1910), Thomas Mackay (1849-1912).

The core members of the "old school" (most notably Gustave de Molinari in France and Herbert Spencer in Britain and their followers) were journalists, writers, academics, and sometimes even politicians. They were passionate defenders of individual liberty and the free market (usually on the grounds of "natural rights"); advocates of uncompromising laissez-faire economic policies and free trade; opponents of slavery, war, imperialism, socialism, and more generally what Molinari called "statism" (especially the dynastic and class-based systems of political privilege which had survived the French Revolution). In the early years of their usually long lives (Molinari lived to be 93, Spencer 83) they helped create the intellectual climate which brought about some promising classical liberal reforms in the mid-19th century (such as economic deregulation, free trade and constitutional government), but they lived long enough to see the rise of political parties and movements which began to seriously challenge and then undo the classical liberal agenda. By the 1870s and 1880s members of the "old school" began to warn about the dangers to individual liberty of the revival of protectionism and militarism and imperialism, the rise of socialism and the new democratically elected mass political parties, and the growing power of the "interventionist state". Those "old school" classical liberals who lived long enough to see the coming of the new 20th century wrote at some length on the achievements of the 19th century, the problems their societies faced at the turn of the century, and their prognoses for the future.

Concerning the future of liberty at the turn of the century, both Molinari and Spencer successfully predicted two related things: firstly, that anti-liberal policies being introduced in the late 19th and early 20th centuries would inevitably lead to a long period of economic crisis and political oppression brought about by war, imperialism, socialist revolution and government intervention in the economy; and secondly, that once this dark period of "statism" had run its course, the benefits of individual liberty and the free market would be rediscovered and the classical liberal reforms they had advocated in their lifetimes would be introduced once again. Were Molinari and Spencer alive today to see our fin de siècle they would feel vindicated, I'm sure, by the collapse of communism in 1989-90 and the speed with which all political and economic systems have embraced market reforms such as privatisation, free trade and cuts to income taxes in the 1980s and 1990s. Their successful predictions need to be seen against the unsuccessful predictions of socialists of all kinds made in the same period. Whether democratic socialist or revolutionary (Marxist) socialist, the predictions of inevitable socialist revolution bringing about peace, prosperity and freedom for the mass of people have been proven to be hopelessly wrong by the extraordinary events of the 20th century.

B. The Radical Liberalism of Gustave de Molinari

Molinari made a name for himself among French political economists in 1849 with the publication of an article called "The Production of Security" for the Journal des Économistes and a book Les Soirées de la rue Saint-Lazare; entretiens sur les lois économiques et défense de la propriété in which he advocated the private, competitive provision of all "public goods" including police and defence services. In brief, he argued that the law of competition should be applied to governments as well as to individuals and firms in the market and that "public goods" like police and national defence could be offered by firms (in this case insurance companies of some kind) which would offer consumers the best possible service at the lowest possible price. Furthermore, once the public monopoly of the public goods had been removed the incentive of governments to wage war and oppress their own and foreign citizens would end and a new era of peace and prosperity would begin.

Molinari continued to espouse these very radical views in many books written over several decades but he was largely alone in his endeavour to push liberal anti-statism to its very limits. Even his classical liberal colleagues in the Society for Political Economy and the other writers for the Journal des Économistes would not go this far in their espousal of laissez-faire and individualism. Molinari remained isolated from his fellow liberals on this question of the lower limits to legitimate state power. Even so, Molinari continued to espouse these ideas as late as 1893 [Molinari, Précis d'économie politique et de morale (Paris: Guillaumin, 1893), pp. 206-208]. It was not until 1899 that he withdrew from his position of fully competitive insurance companies and adopted a more moderate, semi-monopolistic view. In the French edition of Society of Tomorrow, Molinari still believed that the right of secession from a state was important in reducing the threat of war and revolution. Disaffected groups could form their own communities or even their own states, and inter-state problems could be solved by courts and tribunals applying the same principles of law that were used to settle disagreements between individuals [Molinari, Esquisse de l'organisation politique et économique de la société. 1899), pp. 76-77]. Molinari continued to describe the functions and duties of the "producers of security" as he had in his first essay on this question, but a qualification had now been introduced which had not been present in his earlier works. This qualification concerned the consumers of security. Originally, Molinari had believed that each individual had the right to exercise his natural right to defend his own life and property from attack. Since the market had allowed the division of labor to operate, it was likely that individuals would decide not to exercise this right but delegate it to a company which would specialize in this business. At no time, Molinari argued in 1884, did this delegation of rights mean that the individual had given up any of his rights, as some "social contract" theorists claimed. Comparing the production of bread to that of security, Molinari had argued thus:

Reprenons l'exemple dont nous venons de nous servir. J'ai besoin de pain. Si la localité que j'habite n'est pas assez populeuse et riche pour fournir un débouché à un boulanger, je serai obligé de le fabriquer moi-même, — je serai à la fois producteur et consommateur de pain. Si la population s'enrichit et s'accroît, ce débouché s'ouvrira, une boulangerie pourra s'établir et je trouverai avantage à lui acheter mon pain plutôt qu'à continuer à le fabriquer. Mais qu'advient-il alors de mes droits de producteur et de consommateur? Je cesse d'exercer mon droit de producteur de pain, mais je continue à le posséder, et même il s'est étendu au lieu de décroître : à mon droit, dont je puis continuer à user, de fabriquer du pain pour ma consommation, s'est joint celui d'en produire pour autrui, en fondant une boulangerie ou en contribuant à la fonder et à la mettre en œuvre par mes capitaux et mon travail. Mon droit de consommateur s'est étendu de même; car je puis demander le pain dont j'ai besoin à deux producteurs au lieu d'un : au boulanger et à moi. Si je m'adresse de préférence au boulanger, c'est parce que son pain est meilleur et me revient moins cher que celui que je produisais moi-même. Je bénéficie de la différence, et, en admettant que l'industrie soit libre et la concurrence possible, cette différence de prix représentera celle d'une production isolée et d'une production spécialisée. I no longer exercise my right to produce bread, but I continue to possess it. In fact, that right is more extensive than before. To the right, which I continue to exercise, of making bread for my own consumption, is joined the right to make it for others, to open a bakery or participate in its establishment through my labor or my capital. My right as a consumer is equally extended, since I can obtain my bread from two producers in place of one, from the baker and from myself. If I buy it from the baker, it is because his bread is better and less costly than the bread I would make myself. [Molinari, L'Évolution politique, p. 404]

In the Esquisse, Molinari retreated somewhat from this position by suggesting that the nation rather than individual would contract with the competing security companies. These "judicial companies" (des compagnies judiciaires pleinement indépendantes et concurrentes) would remain "completely independent and competitive," [Molinari, Esquisse, p. 85. Molinari quotes Adam Smith again on the English court system .] but it would now be the nation or "collective" which would:

Dans ce nouvel état des choses, une première question se posera, celle de savoir s'il est plus avantageux pour une nation d'entreprendre elle-même la production de la sécurité dont elle a besoin ou d'en charger une « maison » ou une compagnie possédant les ressources et la capacité techniques qu'exige ce genre d'industrie. L'expérience ayant suffisamment démontré l'infériorité économique de la production dite en régie, on peut prévoir que la nation contractera de préférence, par l'entremise de délégués ou autrement, avec la maison ou la compagnie qui lui offrira les conditions les plus avantageuses et les garanties les plus sûres pour la fourniture de cet article de consommation naturellement collective. [contract preferably, through an agent or some other means, with the firm or company which offered the most advantageous conditions and the surest guarantees of the delivery of this naturally collective article of consumption.] [Molinari, Esquisse, p. 84]

 

Individuals would still be completely free to engage in production or to trade all goods which were "naturally individual," i.e., those goods and services which could be purchased or contracted for individually. Molinari had made a distinction between public goods, such as security, and other goods before, but had never argued that individuals were incapable of paying for these public goods by contracting for them individually. In "La production de la sécurité" and Les Soirées de la rue Saint-Lazare, he had argued that within a given geographical area individuals would be free to contract for security services with any number of competing companies. Like churches or bakeries, there could be many businesses providing the same or similar services within the same city or province, limited only by the size of the market and the efficiency and profitability of each enterprise. In the Esquisse these "competing governments" had given way to communes or provinces which had a monopoly in the provision of security within their geographic borders. Individuals would not make their own arrangements for security but would appoint delegates or "mandataires" to act on their behalf. [Molinari, Esquisse, p. 97.] Once the contract had been concluded, whether for a short or long period, the mandate of the people's representatives would end and then only a small committee of consumers or their representatives would be necessary to oversee the fulfillment of the contract until its expiration. In some cases even this "rump" (Une délégation permanente des consommateurs) would not be necessary if the press and other consumer groups were active.3 [Molinari, Esquisse, p. 98-99] So, even though individuals or groups retained their right to secede from the larger administrative units, they would, in turn, set up monopolistic defense services within their borders. These states would not be very different from existing state monopolies, Molinari believed, because they would retain the most important characteristic of a state--the monopoly of the use of force in a given geographical area. In a society as Molinari described it in the Esquisse, states would be more numerous and their services would be cheaper and more efficient because of the competition of "sub-contractors" (la nation contractera de préférence, par l'entremise de délégués ou autrement) [Molinari, Esquisse, p. 84] but the state would still remain a monolithic entity from which the only escape would be to persuade a town or commune to secede. Molinari seemed to have forgotten his earlier insights into the nature of the state monopoly and how it arose. If minorities were unable to convince enough people to join them in seceding from the larger state or if the monopoly states grew too powerful and prevented them from exercising this right, the benefits of what little competition remained in the provision of security would be lost. With each area monopolized by a single defense agency, it would be easy for this company to establish itself as a permanent monopoly and prevent the consumers from taking their business elsewhere. Molinari had argued in "La production de la sécurité" that one of the major benefits of competing defense agencies within the same city or commune was that none would be able to become a monopoly and exclude others from offering their services to the community. Molinari seemed also to have forgotten his arguments directed against government by representation. Only by exercising their rights directly could individuals ensure that their interests were protected. This included the right of each individual to determine for himself how his property should be protected and how much he was willing to spend to secure it. If the costs of paying a company were too high, then the individual had the right to decide to do without security or provide it himself. This right was now denied citizens of the commune or city who would be forced to pay for public goods by rents or taxes rather than by paying separate insurance premiums to the company of their choice.

The reason for Molinari's departure from his earlier, more radical position was his increasing emphasis on the spurious distinction between those goods and services which could be satisfied individually and those which were by nature of benefit to the entire community. In "La production de la sécurité" this distinction had been made, but it was argued that the market could provide so-called public goods because the same economic laws were at work. No monopolies were considered necessary, and the monopoly of security was considered both dangerous and inefficient. By 1899 Molinari abandoned his earlier view of monopolies and accepted the need for certain geographic monopolies for the provision of such public goods as street lighting, roads, drainage and security but not, surprisingly, for money or the postal service.4 [Molinari, Économie de l'histoire: Théorie de l'évolution, p. 218.] He made a distinction between industries which could be provided competitively and natural monopolies, and, although he admitted that these monopolies were harmful to consumers, his only concession to his earlier views on competition was to allow indirect competition (“un recours indirect à la concurrence”).5 [Molinari, Économie de l'histoire: Théorie de l'évolution, p. 250.] Molinari now argued in Économie de l'histoire that the state itself would contract with companies for the provision of security. Through their "mandataires" consumers would not even have direct control of the price or the terms of the contract, and the state itself would ensure that the contract was fulfilied. Thus Molinari fell into the trap of thinking that it was possible to simulate competition, in order to have its benefits, without having it in fact. The result was that Molinari had abandoned his theoretical distrust of all government monopoly and had capitulated to the position of his early opponents in the Société d'Économie politique debate of 1849. Gone were thc competing defense agencies and the state monopolies. Gone was the emphasis on the absolute right of each individual consumer to freely choose the company which would protect his or her own person and property from harm. Thus, Molinari had returned to the "night watchman" state of the classical liberals while still believing that "competition" within the government would stop the abuses of this monopoly. In The Society of the Future (1899) he still defended the free market in all its forms, with the only concession to his critics the admission that the private protection companies he had advocated 50 year previously might not be viable. Nevertheless, the old defender of laissez-faire still maintained that privatised, local geographic monopolies might still be preferable to nation-wide, state-run monopolies. Fortunately perhaps, he died just before the First World War broke out thus sparing himself from seeing just how destructive such national monopolies of coercion could be.

C. Gustave de Molinari on the Future of Liberty

i. Did the "Fin de siècle" mean the "fin de la liberté"?

In the twenty or so years before his death (1893-1912) Molinari published numerous works attacking the resurgence of protectionism, imperialism, militarism and socialism which he believed would hamper economic development, severely restrict individual liberty and ultimately would lead to war. The turn of the century provided him with the opportunity to summarise his views and to offer his prognosis of the future of liberty in a series of articles in the Journal des Économistes which, in typical form, he expanded into book form. The key works in his campaign to warn the world of the dangers of militarism, protectionism, and statism (socialism) were the following (in order of appearance) and they are a remarkable achievement for a man who was in his 80s (his last work, the aptly titled Ultima Verba, was published when he was 92):

  • Comment se resoudra la question sociale? (1896).
  • Grandeur et decadence de la guerre (1898).
  • Esquisse de l'organisation politique et économique de la Société future (1899).
  • "1899", Journal des Économistes, Janvier 1900, pp. 5-11.
  • "La Décadence de l'Angleterre", Journal des Économistes, Mai 1900, pp. 179-83.
  • "Le XIXe siècle", Journal des Économistes, Janvier 1901, pp. 5-19.
  • Les Problèmes du XXe siècle (1901).
  • "Le XXe siècle", Journal des Économistes, Janvier 1902, pp. 5-14.
  • Questions économiques a l'ordre du jour (1906).
  • Théorie de l'évolution: Économie de l'histoire (1908).
  • Ultima Verba: Mon dernier ouvrage (1911).

With a writer who was as prolific as Molinari, there is inevitably some repetition and overlapping so I will focus my discussion on the essays which were published in the Journal des Économistes in January 1901 and 1902 and which we designed to summarise his thoughts on the past, present and future state of individual liberty at the turn of the century, and his last book, Ultima Verba (1911) where he returned one last time to thses issues before he died. Nevertheless, the wealth of historical detail and the numerous contemporary examples which Molinari drew upon to make his case (often the latest published economic statistics) mean that his longer works do repay the time taken to read them.

ii. The Achievements of the 19th Century

Molinari had been a prolific writer throughout his long life, but his output seemed to accelerate towards the end of the century. His growing concern that the two issues which had motivated him throughout his life - free trade and peace - were being undermined by growing militarism, protectionism and statism drove him to write 7 books on these issues alone between 1896 and 1911.6 [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," p. i]. In this paper I will focus on the 2 essays he wrote for the Journal des Economistes at the century in which he summarised his thoughts. [Molinari, "XIXe Siècle, January 1901; Molinari, "XXe Siècle", January 1902] and his last book, appropriately entitled Ultima Verba: Mon dernier ouvrage (1911), which appeared the year before he died and in which he revisited the two essays published at the turn of the century.

For Molinari the distinguishing feature of the 19th century, which made it different from all previous centuries in human history, had been the "prodigious" increase in productive power made possible by economic liberty and the industrial revolution. [Molinari, "XXe Siècle", 1902, p.5; and Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 5.]. Wealth in the United States had doubled in the second half of the 19th century and it had increased at twice the rate of population increase in Western Europe in the same period. The introduction of steam power had vastly increased the productivity of human labour, whilst the quality of labour had changed as a result of factory production, city life, and international trade. The "ties of solidarity" among people [Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 8] had multiplied as opportunities for trade and cooperative economic activity had developed. Molinari believed that, in the 19th century, the system of isolated and hostile states which had emerged in the 18th century had been replaced by nations linked together by international trade and mutual economic dependence. War and economic antagonism in the 18th century had been replaced, for a brief period at least, by peace and prosperity.

The key period of the 19th century for Molinari had been the two or three decades of the 1840s to the 1860s when Britain took the momentous step towards free trade, with the abolition of the Corn Laws in 1846. This liberalisation of trade enabled Britain to leap ahead of the other European nations in economic development and wealth creation, thus placing strong competitive pressure on them to do likewise. The Cobden-Chevalier free trade treaty between France and Britain was a key part of the "internationalisation of progress" [Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 10]. For a brief period in the mid-19th century it seemed possible to liberals like Molinari that peace and free trade would "rule the world" (désormais régir le monde civilisé). [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," p. i].

But unfortunately, like someone who has just won a huge amount of money in a lottery, Europeans in the late 19th century were not able to use this new-found wealth wisely. [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," p. viii]. Traditional ruling elites from the landed aristocracy and the military remained politically powerful and resisted the process of economic liberalisation which brought in its train international peace and solidarity between peoples. The political agenda of the old ruling elites in the second half of the century had been to forge new coalitions with the two new classes which were emerging from industrialisation - wealthy industrialists and the urban working class. The traditional military elites forged an alliance with the new industrialists and the new democratic political parties to channel industrial technology and tax money into expanding and updating the army and navy, thus creating a new wave of militarism and imperialism from the 1870s onwards. With the notable exception of Britain which retained free trade, in Europe and America landed and industrial elites forged an alliance to reintroduce tariffs which retarded economic development, inflamed international rivalry, and placed a large burden on ordinary consumers and taxpayers, thus hampering their rise out of poverty. The result was a return to economic protectionism and ultimately tariff wars between the major powers.

In addition to the rise of militarism, imperialism, and protectionism in the second half of the century, there was also the growth of what Molinari called "étatisme" (or "fonctionnairisme" [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," p. xvii].) or even in some circumstances "the leprosy of Statism" (la lèpre de l'Etatisme) [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 6]. In his view, the state is a mechanism which enables a small group of people (perhaps 10% of the population) to gain economic and political benefits for themselves at the expense of ordinary taxpayers and citizens. In pre-democratic and early industrial societies, the state was the tool of the traditional landed, military and commercial elites. With the extension of the franchise to most working males in the late 19th century there arose a new, more numerous group who wished to use the state to gain benefits for themselves at the expence of others. Labor and socialist parties emerged to service the political needs of the newly enfranchised working class. Traditional conservative parties and even the more recently formed liberal parties adopted parts of the socialist political and economic agenda in order to appeal to the new electorate. The result, in Molinari's view, was a major unraveling of liberal reform and a defeat for the "party of cheap government" (le gouvernement à bon marché) or the "party of the least government" (le parti du moindre gouvernement). [Ultima Verba, p. xi; Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 14]. The state expanded rapidly in size at all levels (local, departmental, and provincial) in order to provide jobs for the new political constituencies, thus creating a powerful mechanism for patronage and vote-buying at election time. Entire sectors of the economy had been nationalised or "municipalised" (such as gas, water, electricity, post office, railways) for the same purpose. The result was statism, fonctionnaireisme, or "socialism", which increased the number of people dependent upon the state for income, raised taxation for the ordinary taxpayer, and caused economic losses due to the higher cost and greater inefficiency of state-supplied services.

Molinari was very concerned about the direction European society was heading at the turn of the century. Although technology and industrialisation and international trade had vastly increased wealth (and seemed ready to continue doing so in the new century), the combined effect of protectionism, militarism, imperialism, and statism (especially in its new guise of socialism) would result in economic breakdown, wars unprecedented in their destructiveness, political tyranny and socialist revolution. Molinari remained hopeful that the principles of peace and free trade would be rediscovered sometime in the future, but not until after civilisation as he knew it had been destroyed.

I will discuss the specific concerns Molinari had about the rise of militarism and imperialism, protectionism, statism and socialism at the turn of the century, before turning to his bleak vision of the future of individual liberty in the 20th century.

iii. Militarism and Imperialism

The promise of the mid-century liberal reforms, that free trade and economic liberalisation would usher in a period of unprecedented peace and wealth creation, had only been partly realised. Perhaps the vested interests which benefited from war and empire were just too strong to be quickly overcome. Perhaps the classical liberals had not worked hard enough in persuading the broader public of the benefits of the reforms they were introducing. Whatever the case, Molinari concluded that, in spite of the revolutions, political unifications and constitutions which were intended to free ordinary people from the exploitation of whatever ruling "caste" was in power, the fundamental nature of the state had remained the same. Only the outward form of the state had been changed - constitutional monarchist in some cases, republican in others, traditional autocratic monarchist in a handful of cases. [Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 12]. As Molinari noted with some force and with some obvious regret for the wasted opportunities of the past and the dangers facing contemporary European societies:

Mais, en dépit des révolutions, des unifications et des constitutions politiques qui ont eu pour objet d'affranchir les nations de l'exploitation d'une caste nationale ou étrangère, la forme de leurs gouvernements seule a changé, le fond est demeuré le même. Les intérêts particuliers n'ont pas cessé de se coaliser pour faire la loi à l'intérêt général. Et dans toute l'Europe les intérêts engagés dans la conservation de l'état de guerre, intérêts militaires et politiques, sont demeurés prépondérants. Les armées et les fonctions publiques qui étaient sous l'ancien régime l'unique débouché de la classes gouvernante, n'ont pas cessé d'être considérées comme supérieures aux autres emplois de l'activité humaine. Elles attirent encore de préférences les rejetons de l'ancienne classe dominante avec les parvenus de la nouvelle, et constituent un puissant faisceau d'intérêts, aussi biens dans la plupart des républiques que dans les monarchies. Or, la guerre étant aujourd'hui comme l'était jadis une source de profits et d'honneurs pours les militaires professionnels, il est naturel qu'ils poussent. "Connaissez-vous bien mon armée, disait Napoléon? C'est un chancre qui me dévorerait, si je ne lui donnais de la pâture!" [Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 13]. But in spite of the revolutions, unifications, and political constitutions which have had as their aim the liberation of people from the exploitation of a domestic or foreign caste, only the form of their governments have changed. The foundation has remained the same. Individual interest groups have not stopped forming coalitions to make laws in the general interest. However, all across Europe the military and political vested interests occupied with the preservation of the state of war, have remained predominant. The armies and other state bodies which were the sole province of the governing classes in the Old Regime have continued to be considered superior occupations to other human activities. They are still the preferred choice of the descendants of the old ruling class compared to the parvenus of the new class, and comprise a powerful body of interests just as much in the majority of republics as in the monarchies. Since war today, just as it was previously, is a source of profits and honors for the professional military it is natural that they push for more. Napoleon once said, “Do you know what my army really is? It is a canker which would eat me up if I didn’t feed it!”

 

Given the honours and profits which modern states provide for their senior military leaders and the industrialists who build the new weapons of war (what Molinari calls "destructive industry" (l'industrie destructive de la guerre) [Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 12]; and given the preponderant political power these groups have over what he calls "productive industry" (des industries productives) (made up of industrial leaders, capitalists, and workers in industries serving the mass consumer market), war will persist for the foreseeable future.

At the time of writing (1901-1902) it seemed that the European powers had realised it was too costly to fight each other and had so directed their militarism outwards to the less developed parts of the world. In the last decades of the 19th century the Great Powers had expanded their empires through wars of conquest in Africa, Asia, and most recently in China, and were busy bringing European "civilisation" to the "barbarians" by exploiting and pillaging and massacring the native peoples. [Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 14]. These actions had been justified under the pretext of opening up foreign markets for the benefit of national industry and commerce, but the actual profits of war and empire had gone into the hands of narrow "caste" of privileged military and business interests. For the nation as a whole, the costs of wars of conquest, governing the colonies, and protecting special zones of influence, were considerable and acted as a break on domestic economic development. Molinari observed with some bitterness that:

Les gouvernements euopéens se sont partagé l'Afrique et ils mettent aujourd'hui la Chine au pillage, sous prétexte d'ouvrir de nouveaux débouchés à l'industrie et de faire participer les nègres, sans oublier les Chinois, aux bienfaits de notre civilisation. Mais il suffit d'additionner et de comparer les frais de conquête et de conservations des colonies, des protectorats et des zones d'influence avec les profits qu'en tirent l'industrie et le commerce, pour être édifié sur la valeur de ce prétexte. La conquête, l'assujettissement, l'exploitation fiscale et protectionniste n'ont pas la vertu d'étendre les débouchés de l'industrie et du commerce. Ils contribuent plutôt à les resserrer en augmentant les charges que les budgets de la guerre, de la marine et des colonies font peser sur toutes les branches de la production. Quant à la civilisation, est-ce bien par le massacre et le pillage qu'on peut en faire apprécier les biefaits aux "Barbares"? [Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 14] The European governments have divided Africa among themselves and today they are pillaging China under the pretext of opening new markets for industry and bringing the benefits of our civilisation to the Africans, not to mention the Chinese. But all one has to to do is to calculate and compare the costs of conquest and the protection of the colonies, protectorates, and zones of influence with the profits made by industry and commerce, to be educated about the real value of this pretext. Conquest, subjugation, fiscal exploitation, and protectionism do not have the virtue of extending the markets of industry and commerce. Rather, they restrict them by increasing the costs which the budgets of the Army, Navy, and the Colonial Office impose upon all the branches of production. As for civilisation, is it really by massacring and pillaging the “Barbarians” that one makes them appreciate it?

 

The "recrudescence of militarism" (une recrudescence du militarisme) had begun with the victory of Germany in the Franco-Prussian War of 1870 and had continued with the bloody expansion of European empire in the 1880s and 1890s. [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," p. iii]. But from mid-century onwards, the major European powers had been involved in war after war starting with the war in Italy, the Crimean War, the Austro-Prussian War, the Sepoy Revolt, the Franco-Prussian War, the Russo-Turkish war, the Italian-Abyssinian War, the Turko-Greek war, the Spanish American War, the Boer War, and the Russo-Japanese War. With no end in sight to the current naval arms race of the 1890s and 1900s Molinari was extremely pessimistic about the short and medium term prospects for peace. The failure of the great powers to heed the warnings made by pacifists and the Russian Tsar in 1899 was, in his view, a serious mistake which the Great Powers would one day rue. [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," p. iii]. In one of the last books he wrote, Théorie de l'évolution (1908), he had given up any hope that it would be in the material interests of the military and political elites who ran the major European states to abandon the arms race and imperial rivalry and adopt a policy of what Richard Cobden had termed in the 1840s "peace, retrenchment and reform". It would be up to the "friends of peace" [Molinari, Théorie de l'évolution (1908), p. 242] to win over enough support from voters to put pressure on the military states from below, and up to the industrial and business interests who benefited from international trade (what he called the "intérêts pacifiques") to pressure the state from above, to take steps to make war less and less attractive as a way of solving disputes. Molinari's pet scheme was for the European nations to form a "league of neutrals" which would create an international body of law to resolve disputes between nations and which could, in extreme cases, impose sanctions on an aggressive state or even join forces to defend a member state from invasion. [Molinari, Théorie de l'évolution (1908), pp. 244-45]. The details of the scheme are spelled out in a series of short articles reprinted in the appendix to a book he published just before the turn of the century, Grandeur et decadence de la guerre (1898), Appendix P, pp. 258-301.

iv. Protectionism

Something similar was the case with protectionism. After a promising start towards free trade in the 1840s and 1850s, the major European states and the USA had returned to using protectionist tariffs to raise money and to "protect" or favour selected domestic industries. The aim of the 18th century revolutions had been to remove the heavy taxes and feudal dues which had been imposed by the Old Regime. They had been reduced or removed for only a short period before they reappeared in a new guise, that of indirect taxes, state monopolies and customs duties - or what Molinari called "the old feudal dues transformed and modernised".

Aux bénéfices provenant du monopole des fonctions publiques se joignaient, sous l'ancien régime, ceux des privilèges en matière d'impôts et des redevances féodales. Ces privilèges et ces redevances, après avoir été abolis sous leurs anciennes formes, ont peu à peu reparu, sous d'autres formes adaptées aux intérêts dominants. Les impôts indirects et les monopoles qui pèsent principalement sur les couches politiquement les moins influentes de la population, et qui ne figuraient en France que pour un tiers dans le budget des recettes, ont atteint successivement la proportion des deux tiers. Les droits de douane que le traité de 1786 avait abaissés, sous l'influence des doctrines libérales, propagées en Angleterre par l'école d'Adam Smith, en France par celle de Quesnay et de Turgot, ont été relevés, d'abord à titre d'instruments de guerre, ensuite d'instruments de protection et mis au service des intérêts politiquement influents. Ils ont remplacé, pour les grands propriétaires terriens, les redevances féodales et ont été étendus aux détenteurs de la propriété industrielle coalisés avec eux.

Cette coalition s'est rompue en Angleterre, et les intérêts agrariens réduits à leurs propres forces ont succombé sous l'effort de la Ligue contre les lois céréales. La multitude, exonérée du tribut qu'elle payait aux intérêts privilégiés, a pu augmenter sa consommation des articles de nécessité et de confort, tout en accroissant son épargne, et l'industrie britannique, encouragée par le développement de la consommation et stimulée par la concurrence, a pris un essor merveilleux. [Molinari, "XIXe Siècle", 1901, p. 17].

[trans. to come]

 

The tariff cuts brought about by the Anglo-French Trade Treaty of 1786, the Abolition of the Corn Laws in Britain in 1846, and the Cobden-Chevalier Treaty of 1860 should have opened up a "new era of liberty and peace" [Molinari, "XIXe Siècle", 1901, p. 16] but the success of the free traders was short lived. The "militarist and protectionist interests" soon regained the upper hand in state economic policy after the victory in the American Civil War of the protectionist North and the Franco-Prussian War of 1870. The considerable cost of the latter war was the excuse the protectionists needed to raise tariffs for "fiscal" reasons. Once back on the books, it wasn't long before the state was dominated by a coalition of military, industrial and agricultural interests who wanted to raise tariffs for their own personal benefit. Germany, Italy and France all adopted tariffs in the 1870s and periodic "tariff wars" became part of the rivalry between European states in the late 19th century.

v. Statism and Socialism

Molinari had very little which was good to say about the state. One of the achievements of the 19th century had been to show how private initiative and the market could increasingly replace the state as the provider of so-called "public goods" - even going so far in some of his writings to suggest that police and defence could be provided privately and cooperatively via the free market. Such was his dislike of the state and its "spirit of monopoly" that he labeled "statism" as a kind of "leprosy" which ate away the wealth created by private economic activity:

De même, tandis que le développement de l'esprit d'entreprise et d'association permettait d'abandonner désormais à l'initiative libre des individus les travaux et les services d'intérêt public, on a vu l'Etat impiéter chaque jour davantage sur le domaine de l'activité privée, et remplacer l'émulation féconde des industries de concurrence par l'onéreuse routine de ses monopoles. Moins l'intervention de l'Etat est devenue utile, plus s'est étendue la lèpre de l'Etatisme! Enfin, tandis que la multiplication et le perfectionnement merveilleux des moyens de transport, à l'usage des agents et des matériaux de la production, égalisaient partout les conditions d'existence de l'industrie, et, en mettant en communication constante les marchés de consommation auparavant isolés, enlevaient sa raison d'être originaire au régime de la protection, l'esprit de monopole des classes gouvernementes et légiférantes exhaussait et multipliait les barrières du protectionnisme. [emphasis added, Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 6]. At the very same time as the development of the spirit of enterprise and association henceforth allows activities and services of a public nature to be left to the free initiative of individuals, one sees the State every day encroach upon the domain of private activity, and to replace the productive example of competitive industries with the onerous routine of monopolies. The less useful that State intervention has become, the greater the extent of the leprosy of Statism has grown! Finally, just as the multiplication and marvelous improvement of the means of transportation of the factors and materials of production has equalised the situation of industry everywhere; just as consumer markets which had previously been isolated are put into constant communication with each other; and just as the regime of protectionism has completely lost its original raison d’être, the spirit of monopoly of the governing and legislating classes raises and multiplies the barriers of protectionism.

 

In autocratic states like Russia, with most of the population excluded from having any say in how they were governed, it was not surprising that the most powerful members of the bureaucracy, the landed nobility and the owners of large industry would join together to exploit the taxes and tariffs imposed by the state on the mass of the people. What was surprising was that this same process took place in the so-called "constitutional states" like France, where a growing percentage of the population could participate in elections. In both types of states the same class structure emerged - a class of "budget eaters" ("cette classe budgétivore" [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 8]) living off the productive activity of the mass of taxpayers and consumers.7

The state which had emerged in the late 19th century also had a nasty habit of trying to use its increased power to suppress the minorities in the territories it had conquered. In the 17th and 18th centuries, conquerors like Louis XIV where happy to allow their subject peoples, like the Alsatians, to keep their customs and their language so long as they paid their taxes promptly. In the 19th century the conquering state wanted to control every aspect of life. Using the newly unified Germany as an example of what the future might hold, Molinari objected to the state's desire to see local languages such as Danish and Polish suppressed and replaced by a compulsory use of the conqueror's own German language, which he angrily described as "cette prohibition aussi inepte qu'odieuse par l'abus le plus insolent et le plus brutal de la force" [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 8].

The newest manifestation of statism in the late 19th century was socialism. Like any form of statism, Molinari opposed it because it violated private property rights, individual liberty and the natural laws of economic activity. In its parliamentary or social democratic form, socialism, Molinari predicted, would end up like any statist regime - a small group of people would control the mechanisms of power and operate them for the benefit of a few at the expence of the majority. One of the innovations socialism promised was to open up government jobs and state owned industries to a broader group of people who had been excluded from office-holding in earlier regimes. The consequence of this democratisation of the state would be a huge increase in taxes to pay for the new "bureaucratic class" which lived off the state8 [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," p. xi] and a crippling of economic productivity as entire sectors of the economy were nationalised or heavily regulated by the economic "planners". [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," p. xvii]. In Molinari's view, an even more dangerous type of socialism was revolutionary socialism which came to power by overthrowing the old ruling class in a violent and bloody revolution. However the socialists came to power, the final result was a new form of class rule and the spread of "fonctionnairisme":

L'avènement du socialisme a sensiblement augmenté le nombre des lois car les socialistes ignorent en quoi consiste les lois naturelles; ils sont convaincus que celles qu'ils fabriquent sont supérieurement faites et ils en exigent l'application rigoreuse. Dans ce but leurs ministres multiplient les fonctionnaires. Mais à peu près toutes les lois inspirées par le socialisme sont faites pour une certaine classes d'homme à laquelle elles semblent profiter bien qu'elles leur soient nuisibles. Car tout ce qui change la destination de la fortune de l'ensemble des contribuables est loin d'être toujours favorable à la richesse publique. En faisant passer les resources des classes favorisées de la fortune en des mains moins capables ou plus dispendieuses et en augmentant les dépenses militaires, le protectionnisme et le fonctionnairisme, la richesse diminuera et les dettes s'accroîtront jusqu'à ce que le pays ne puisse plus en supporter le fardeau. [emphasis added, Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," pp. xvi-xvii]. The advent of socialism has palpably increased the number of laws because the socialists do not understand the nature of natural laws. They are convinced that the laws that they create are better made and demand that they be rigorously applied. With this aim in mind they multiply the number of functionaries. But little by little all the laws inspired by socialism are made for a certain class of people who are supposed to profit from them but who are in fact harmed by them. This is because anything which changes how the wealth of the mass of taxpayers is used is far from being always favourable to public wealth. By transferring resources from those classes of people favoured with material wealth into the hands of those who are less capable or more spendthrift, and by increasing military expenditure, protectionism, and functionaryism, wealth will be reduced and debts will be increased to the point where the country will no longer be able to carry the burden.

 

Further thoughts on the "impossibility" of socialism can be found in the essay "Impossibilités du socialisme: Nuisances de l'Etatisme et du syndicalisme," in Molinari, Ultima Verba (1911), pp. 49-74.

vi. The Prognosis for Individual Liberty

Molinari was pessimistic about the future for many reasons. Perhaps in the very long term ( a century or longer) he was optimistic that people would come to realise that free trade and peace were the only way to ensure steady wealth creation for all classes in society and so they would eventually eschew war, protectionism and socialism. In the meantime, he was very pessimistic about the short to medium term (the next 50 to 100 years) because the forces he could see at work at the turn of the century were very powerful and would have to work their way through society before their harmful effects would be seen by all. If the first couple of years of the new century were anything to go by, he predicted that the new century would be much like the old. All states would continue to follow "a policy of waste and privilege" (cette politique de gaspillage et de privilège) with increasing state debt, increasing levels of tariff protection, higher taxes, and greater risks of war. [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 7]. The class of "budget eaters" who would come to dominate every European state would continue to expand the power of the state and increase the taxes and privileges from which they profited. Molinari expressed regret that this ruling class could act in such a manner with apparent impunity and there seemed to be no end in sight to their rapacity:

Dans les pays dits constitutionnels où les gouvernées sont en nombre plus ou moins considérable pourvus du droit électoral, la grande majorité use de ce droit pour en tirer un profit quelconque ou s'abstient d' en user. A la condition de favoriser les intérêts les plus influents, le gouvernement peut impunément sacrifier ou négliger les autres. Or les intérêts les plus infuents sont précisément ceux de la classe dans laquelle se recrutent les hauts fonctionnaires civils et militaires qui demandent leur moyens d'existence au budget de l'état, les propriétaires fonciers et les industriels qui se partagent le budget de la protection. Comment donc cette classe budgétivore ne pousserait-elle pas à l'augmentation continue des dépenses dont elle profite, et n'emploierait-elle pas à les mulitplier la puissance de l'Etat dont elle dispose? [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 8]. In so-called “constitutional” countries, where the number of the governed are more or less numerous according to the electoral laws, the majority use this law in order to get whatever profit they can, or refrain from doing do. With the purpose of favouring the interests of the most influential groups, the government can sacrifice of ignore the others with impunity. Now, the interests of the most influential are precisely those of the class from which the highest civil and military functionaries are recruited who demand their means of existence from the state budget, and the landed proprietors and the industrialists who divide up the protectionist budget. Why wouldn’t this budget eating class push for the continuous increase of the expences from which they profit, why wouldn’t they busy themselves in increasing the power of the State which they control?

 

His explanation for what went wrong with liberal reform in the 19th century had very ominous overtones for the coming century. The problem lay partly in the very nature of the modern state as a mechanism for the "redistribution", or as Molinari preferred to put it the exploitation, of wealth by a small privileged group at the expence of the majority of people. As the industrial revolution and free trade increased wealth, so too did it increase the temptation for privileged groups to fight for control of the state in order to serve their own interests. Molinari's solution to this problem of the state was to limit the power of the state to an absolute minimum - "le moindre gouvernement" [Molinari, "XXe Siècle," 1902, p. 14] - namely the provision of basic defence and police services. If the state had any power above this absolute minimum then powerful interests would seek to use this state power for their own purposes. Over 50 years before, Molinari had toyed with the idea of doing away with the state entirely by "contracting out" or "privatising" even these minimal state functions of defence and police. He gradually modified this extreme view in the face of opposition from his liberal colleagues, but even in after 1900 he was still toying with the idea of turning the state into a kind of private "company" with "shares" owned by the citizens, and the "governance" of the state modeled on that of private corporations (with a board of directors who were accountable to the shareholders and to the stock market).9 [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," pp. xv-xvi]. Since the chance of the Great Powers of Europe privatising the state in this way was extremely unlikely at the turn of the century, Molinari came to the dismal conclusion that "the (inherent) incapacity and vices of government" (namely, militarism, statism and protectionism) were here to stay for a long time. [Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 17].

The other part of the problem for the failure of liberal reform in the 19th century, in Molinari's view, lay with the newly enfranchised classes, the bourgeoisie and the working class, nine tenths of whom, because of their ignorance and moral inadequacies, were incapable of supporting the weight of responsibility required by liberty. [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 7; and Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 11]. In what became an increasingly bitter series of reflections in his last works, Molinari argued that liberty could only survive if individuals forswore using the power of the state to achieve narrow, selfish, and short-term benefits at the expence of others. However, they fell easy prey to the socialists who, in violation of the "natural laws of economics", promised an apparently easy solution to the problem of poverty by means of taking from those who had and "giving" to those who had not. They did not want to hear the message of the economists like Molinari who replied that socialist measures would eventually kill the goose that laid the golden economic egg - socialist restrictions on industry and heavy taxation would hamper and eventually destroy economic growth, it would vastly expand the size and cost of government and its bureaucracy which would become an increasingly heavy burden on the very people it was set to help, and it would do nothing to teach the habits of mind and behaviour which the people needed to become independent, prosperous and free. [Molinari, "XIXe Siècle", 1901, p. 17; and Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 12]. Molinari concluded quite sadly that it would require a long and "difficult apprenticeship of liberty" before a free society could function.

L'incapacité et les vices des gouvernements, le militarisme, l'étatisme, le protectionnisme ont dévoré une forte part de cette plus-value de l'industrie. L'ignorance et l'insuffisance morale des individus émancipés de l'onéreuse tutelle de la servitude, mais encore incapables de supporter tout le poids de la responsabilité attachée à la liberté, en ont détruit ou stérilisé une autre part. Il faut bien le dire. [Molinari, "XIXe Siècle", 1901, p. 17]. The incompetence and the vices of governments, the militarism, the Statism, the protectionism have devoured a large part of this surplus of industry. The ignorance and moral inadequacy of the individuals who have been emancipated from the onerous tutelage of servitude, but who are still incapable of supporting the weight of the responsibility imposed by liberty, have destroyed or suppressed the other part. This has to made clear.

 

Molinari concluded his 1901 article on the "19th Century" with the observation that scientists, technologists, industrialists, capitalists and workers would continue to push wealth creation to new heights in the 20th century, but at the same time their efforts would be undermined by the wealth destruction caused by militarism, statism, protectionism, and socialism. He briefly pondered the future possibility of the economic burden of the state becoming too great for the wealth creators to sustain. He predicted that at current rates of growth the total public debt of the European nations would reach the figure of 400 billion by the year 2000. [Molinari, "XIXe Siècle", 1901, p. 19]. He turned away from this very depressing thought and offered the pious hope that his descendants would learn how to use the wealth created by the market better than their forebears had in the 19th.

Pendant que la science et l'industrie multiplient la richesse, le militarisme, l'étatisme et le protectionnisme, en attendant le socialisme, s'associent pour le détruire, et en épuiser la source. Les recettes que le travail annuel des nations fournit au budget des gouvernements ne suffisent plus à leurs dépenses. C'est en grêvant le travail des générations futures qu'ils rétablissent l'équilibre. Les dettes publiques de l'Europe ont doublé dans la seconde moitié du siècle. En suivant la même progression, elles atteindront pours le moins 400 milliards en l'an 2000. Quels que soient les progrès de la production, ce fardeau ne dépassera-t-il pas les les forces des producteurs? Souhaitons donc - et c'est le voeu le plus utile que nous puissions adresser à notre descendance -, que le XXe siècle n'excelle pas seulement, comme son devancier, à produire de la richesse, mais qu'il a apprenne à la mieux employer. [Molinari, "XIXe Siècle, 1901, p. 19] While science and industry increase wealth, militarism, statism and protectionism, and eventually socialism, join forces in order to destroy it and to dry it up at the source. The income which the annual labour of the nation provides for the budgets of governments is no longer sufficient to cover their expences. It is by burdening the labour of future generations that they intend to restore the balance. The public debt of Europe has doubled in the second half of the century. If the same progression holds for the future it will reach at least 400 billion in the year 2000. What will happen to the progress of production? will this burden exceed the ability of the producers to pay it? Let us therefore hope (and it it is the most useful wish that we might address to our descendants) that the 20th century will not only excel the previous century in producing wealth but also learn how to make better use of it.

 

He would not be so optimistic in the book published the year before his death.

Molinari concluded his article on the 20th century in 1902 with a more pessimistic analysis of the possible direction political conflict would take. He argued that the 19th century had seen a struggle between two parties for the control of the state and the right to make laws. The "conservative party" (le parti conservateur) which drew its support mainly from the governing class of the old regime had been challenged by a new "liberal party" (le parti libéral) which drew its support from the bourgeoisie. The clash between the two groups had resulted in a number of revolutions and coup d'états with the liberal party being able to achieve a number of significant victories, such as free trade treaties, the protection of property and a significant deregulation of industrial activity. [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 13]. In the late 19th century Molinari argued that a third party had emerged to challenge both groups - a '"socialist party" (le parti socialiste) which represented the working class. Under the threat posed by this new party, the liberal party had fractured into two groups, one of which joined the conservative party and another of which joined the socialists, leaving the liberal party mortally weakened. Molinari's prognosis for the 20th century was that the struggle to control the state would again be a two-sided affair between the conservative party and the socialist party. The liberal party would disappear and the conflict between the conservative party and socialist party in the 20th century would be even more bloody and destructive than the struggle between the conservatives and the liberals had been in the 19th. Molinari predicted that a series of bloody wars, revolutions and colonial conquests would break out in the medium term, with a deleterious impact on individual liberty and on wealth creation. Only after wars and revolutions had devastated 20th century society would a new liberal party (le parti du moindre gouvernement) emerge.

On peut donc prévoir que la lutte pour la possession de l'Etat et la confection de les lois, qui s'est poursuivie dans le cour du XIXe siècle entre le parti conservateur et le parti libéral se poursuivra au XXe entre le parti conservateur et le parti socialiste. On peut prévoir aussi que cette lutte ne sera pas moins ardente, et selon toute apparence moins stérile que ne l'a été sa devancière, et qu'elle engendrera la même série de révolutions, de coups d'états, avec le dératif sanglant des guerres étrangères et des expéditions coloniales, qui ont constitué ce qu'on pourrait appeler le passif de la civilisation du XIXe siècle. [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 13]. Thus one can predict that the struggle to take possession of the State and to make the laws, which in the 19th century took place between the conservative party and the liberal party, will in the 20th century take place between the conservative party and the socialist party. One can also predict that this struggle will be no less fierce, and by all appearances no less unproductive that which took place previously, and that it will give rise to the same series of revolutions, coups d’états, with the same bloody outcome of foreign wars and colonial expeditions which have constituted what one might call the liability of 19th century civilisation.

 

Molinari's pessimism for the future deepened as he thought about how the socialists would conduct their struggle against the conservative party in the 20th century. Since the amount of wealth to be fought over had increased so dramatically during the course of the 19th century, and since the means of exercising power had been improved by technology, and since the liberal values respecting life and property which might restrain the use of violence were in serious decline, Molinari predicted that the violence which would be unleashed in the 20th century's class wars between the conservative party and the socialist party would be unprecedented in human history. [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 13]. Yet he still held out hope that a new anti-socialist and anti-protectionist party - what he called "le parti du moindre gouvernement" [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, p. 14] - would emerge eventually out of the economic rubble. He worried how such a new liberal party might attract supporters since it had no political or economic privileges to dispense to favoured businesses, no promotions or sinecures to offer the soldiers and the politically ambitious, no spoils of office to distribute. His only hope was that liberal principles would eventually appeal to enough people to make such of party of liberty viable, some time in the 20th century.

Si ces prévisions auxquelles conduit, il faut bien le dire, l'enchaînement logique des faits devaient se réaliser, elles justifieraient le pessimisme qui a succédé à l'optimisme des premiers temps du nouveau régime politique et économique. Il en effet trop évident que la lutte pour la possession du gouvernement ne pourra que croitre en violence et que le jour où le parti socialiste aura le pouvoir de faire la loi, il en usera avec moins de discrétion que le parti soi-disant libéral et réformateur don’t il est en train de recueillir l'héritage. Il taillera dans le vif de la propriété et de la liberté individuelle. Il brisera ou faussera les ressorts du mécanisme délicat de la production des matériaux de la vie… Mais n'est-il pas permis d'espérer que l'échec inévitable des tentatives de réorganisation artificielle de la société, et le surcroit de misère et de souffrances dont elles seront suivies, feront naître une conception plus saine du rôle de la loi et détermineront la créations d'un parti anti-socialiste aussi bien qu'anti-protectionniste. Nous n'ignorons pas que la constitution d'un parti qui n'aurait à offrir à ses officiers et à ses soldats ni "places", ni protections ou subventions, ni bureaux de tabac, pourrait, au premier abord, sembler une entreprise chimérique. On connait le mot du président Jackson: aux vainqueurs les dépouilles! Pourquoi lutterait-on s'il n'y avait pas de dépouilles, se disent les politiciens de l'école de Jackson; mais, ne leur en déplaise, il y a encore, il y aura toujours des hommes disposés à servir gratis une bonne cause, et c'est pourquoi nous ne désespérons pas de voir se fonder, au XXe siècle, un parti qui a manqué au XIXe: le parti du moindre gouvernement. [Molinari, "XXe Siècle", January 1902, pp. 13-14]. It is all too evident that the struggle for the possession of the government will only increase in violence and the day when the socialist party wins the power to make laws it will use it with less discretion than the so-called liberal and reformist party whose heritage it is in the process of taking up. It will cut deeply into property and individual liberty. It will break or distort the resources of the delicate mechanism of the material goods of life.. But there are no grounds to hope that the inevitable failure of these attempts to artificially reorganise society, and the increase in misery and suffering which will follow, will give birth to a saner conception of the role of the law and will lead to the formation of an anti-socialist as well as an anti-protectionist party. We are not sure whether the creation of a party which would not be able to provide its officers and its foot soldiers either government jobs, or tariffs and subsidies, or tobacco monopolies, would not at first glance seem to be a fanciful enterprise. President Jackson’s words are well known: “To the conquerors go the spoils!” Why would one fight if there were no spoils to be had?, ask the politicians of the Jackson school. But, whether they like it or not, there is another perspective. There are always people who are willing to work for nothing in a good cause, and that is why we will not give up hope of seeing a party created in the 20th century, which was lacking in the 19th, namely the party of the least government.

 

In one of his last books, Molinari, Théorie de l'évolution (1908), described the political and economic situation of the European nations as a "crisis" which would ultimately lead to a period of "decadance" and eventually economic "ruin".10 [Molinari, Théorie de l'évolution (1908), p. 235]. If the state remained in the hands of the traditional ruling elites and their bourgeois allies, Molinari predicted that the current economic decline might last for centuries before it reached a point of collapse brought about by high debt, heavy taxation and excessive regulation of the economy. On the other hand, if the socialists came to power (whether through violent revolution or democratic means) Molinari predicted a much quicker decline which would take only a matter years and not centuries. [Molinari, Théorie de l'évolution (1908), p. 237]. His conclusion was almost apocalyptic in its pessimism about the coming end of civilisation if the socialists came to power:

D'où nous pouvons conclure qu'aussi longtemps que l'Etat demeurera entre les mains des classes supérieure et moyenne la décadence des nations civilisées pourra se prolonger pendant les siècles avant d'aboutir à la ruine tandis qu'il suffira de quelques années à la démocratie socialiste pour mettre fin à leur existence et à celle de la civilisation. [Molinari, Théorie de l'évolution (1908), p. 237]. From which we can conclude that for as long as the State remains in the hands of the upper and middle classes the decline of the civilised nations will persist for centuries until it ends in ruin, while it will only take a few years of social democratic rule to bring an end to their existence and that of civilisation itself.

 

Only a few years before, he had still been optimistic about the prospect for individual liberty in the new century. His latest exposition of what a fully free, industrial, laissez-faire society might look like was provided in, Esquisse de l'organisation politique et économique de la Société future (1899). Nine years later he was not so sure. In the final footnote on the final page of his second last book he made the following rather bleak observation:

Nous avons supposé que la crise suscitée par la persistance artificielle du régime adapté à l'état de guerre et de monopole se terminerait par la victoire, malheureusement encore douteuse, de l'intérêt général, et nous avons esquissé dans un précédent ouvrage, en nous fondant sur l'application pacifique des lois naturelles de l'économie des forces et de la concurrence, l'oganisation de la société future. [emphasis added, Molinari, Théorie de l'évolution (1908), p. 257]. We believed that the crisis brought about by the artificial persistence of the regime adapted to the state of war and monopoly would end in victory for the general interest, but this is unfortunately still in doubt. We sketched out in a previous volume what the organisation of the society of the future might look like, based upon the peaceful application of the natural laws of economics and of competition.

 

In the last book Molinari published, the year before his death, he returned to the theme of the end of civilisation. If the socialist revolution came, or if the militarists started a new European war, then modern civilisation would be wiped out as effectively as Roman civilisation had been wiped out by the barbarians. In his view, the destruction of wealth through mismanagement, waste, and heavy taxation could be just as effective as by the violence of war. The worst situation would arise if the two destructive forces were combined - socialism and militarism. Fortunately, he died in 1912 and did not live to see the Bolshevik Revolution and the rise of Nazism which both fulfilled his dire predictions.

Peut-être est-ce ainsi que, selon toute apparence et malgré le développement progressif de la civilisation, se perdront les Etats les plus florissants. C'est de cette sorte qu'a péri le monde romain, bien autrement civilisé que la nuée des barbares qui l'entourait. Les vices intérieurs et les dépenses excessives écraseront la civilisation actuelle comme les Barbares l'ont écrasée dans l'antiquité. Ce sera un nouveau mode de destruction non moins certain et aussi complet que le précédent. [Molinari, Ultima Verba (1911), "Préface," p. xvii]. Perhaps it is this way, that according to all appearances and in spite of the progressive development of civilisation, the most prosperous States will be ruined. It was in this way that the Roman world died, although far more civilised than the hordes of barabrains which surrounded it. Domestic vices and excessive expenditure will wipe out our present civilisation just as the Barbarians wiped out civilisation in antiquity. This will be a new kind of destruction which will be no less certain and complete than the previous one.

 

 

Appendices

1: Molinari on “The Achievements of the 19th Century” - "Le XIXe siècle" (Jan. 1901).

Source: Gustave de Molinari, "Le XIXe siècle", Journal des Économistes, Janvier 1901, 5e série, T. XLV, pp. 5-19.

Key expressions:

  • l'exploitation d'une caste nationale ou étrangère p. 13
  • un puissant faisceau d'intérêts p. 13
  • cette industrie destructive p. 13
  • Quant à la civilisation, est-ce bien par le massacre et le pillage qu'on peut en faire apprécier les bienfaits aux « Barbares »? p. 14
  • des intérêts de caste, de parti ou de dynastie p. 14
  • la classe gouvernante p. 15
  • une nouvelle ère de liberté et de paix p. 16
  • La guerre franco-allemande, en provoquant, avec une recrudescence du militarisme p. 17
  • les vieilles redevances féodales transformées et modernisées p. 17
  • L'ignorance et l'insuffisance morale des individus émancipés de l'onéreuse tutelle de la servitude, mais encore incapables de supporter tout le poids de la responsabilité attachée à la liberté, en ont détruit ou stérilisé une autre part. p. 17

Le XIXe siècle

[5]

I.

Le trait caractéristique du siècle qui vient de finir, ce qui le distingue de tous ceux qui l'ont précédé, c'est le développement extraordinaire de la puissance productive de l'homme. Par la conquête et l'asservissement des forces mécaniques et chimiques, ajoutées ou substituées à sa force physique dans l'œuvre de la production, il a pu augmenter, dans des proportions qui eussent semblé autrefois invraisemblables, les matériaux de la vie. On aura une idée de ce progrès, accompli surtout dans la seconde moitié du siècle, en consultant les tableaux de l'accroissement de la richesse aux Etats-Unis, c'est-à-dire dans le pays où l'industrie est arrivée à son plus haut point de productivité. Tandis qu'en 1850 la richesse de l'Union américaine n'était évaluée qu'à 7 milliards 135 millions de dollars, soit à 308 dollars par tète, elle s'élevait, d'après le dernier recensement de 1900, à 90 milliards, soit à 1. 180 dollars par lote. Dans la dernière décade seule, l'augmentation avait été de 35 milliards, — une somme de richesses plus considérable, au dire du Dr Powers, que celle que le continent américain tout entier avait pu accumuler depuis la découverte de Christophe Colomb jusqu'au commencement de la guerre de la Sécession. Il y a sans doute quelque chose à rabattre dans cette statistique américaine, et nous devons confesser, en toute humilité, que la richesse de l'Europe n'a pas fait depuis un demi-siècle une aussi prodigieuse enjambée; mais nous pouvons conjecturer, d'après les chiffres du rendement des impôts, sans parler d'autres indices, que dans tous les pays où le vieil [6] outillage de la production industrielle et agricole a été transformé et renouvelé, la richesse s'est accrue dans une proportion au moins double de celle de l'augmentation de la population, malgré les charges et les obstacles de tous genres que les vices et l'ignorance des gouvernements aussi bien que ceux des gouvernés opposent à son développement naturel et régulier.

On s'expliquera ce phénomène,si l'on songe à la somme énorme de travail à bon marché que nous ont procurée l'invention et les perfectionnements successifs de la machine à vapeur. On estime au plus bas mot que le travail d'un cheval-vapeur équivaut à celui de 10 hommes.11 Or, la statistique officielle nous apprend que le nombre des chevaux-vapeur s'est élevé en France de 60.000 en 1840 à 6.300.000 en 1897. C'est donc une somme de travail égal à celle de 63 millions d hommes qui a été mise au service de l'industrie française. Et non seulement ce travail est plus économique de toute la différence du prix de la houille, nourriture de la machine, et de celui de l'alimentation végétale ou animale de l'homme, mais encore il développe une puissance et obtient des résultats qu'aucun déploiement de forces humaines ne pourrait atteindre. On aurait beau accumuler une masse de travail humain décuple de celle de la machine d'un train express, c'est à peine si l'on obtiendrait une vitesse dix fois moindre. Et en supposant que des milliers d'hommes échelonnés à portée de la voix fussent employés à transmettre un message, leur travail serait impuissant à rivaliser de vitesse avec celui du télégraphe, tout en coûtant des milliers de fois plus cher.

Mais l'accroissement de la quantité des produits et des services qui constituent la richesse n'a pas été le seul ni peut-être même le plus important résultat de la transformation de la machinerie de l'industrie; elle en a eu deux autres d'une portée supérieure, en élevant la nature du travail réservé à l'homme dans l'œuvre de la production, et en étendant avec la sphère des échanges celle de la solidarité humaine.

Les machines ne fournissent qu'un travail matériel dont les opérations doivent être dirigées ou tout au moins surveillées par l'intelligence de l'homme. Si elles le dispensent d'un effort physique, [7] elles exigent une application constante de sa force intellectuelle et elles engagent souvent au plus haut degré sa responsabilité morale. Un conducteur de locomotive et un aiguilleur, par exemple, ne dépensent dans leur journée qu'une faible somme de force physique, mais leur attention doit être appliquée sans relâche à l'opération qui leur est confiée. Si leur intelligence n'y est pas suffisamment tendue, s'ils n'ont qu'à un faible degré le sentiment de leur responsabilité, ce défaut d'application à leur devoir peut causer la perte de centaines de vies, sans parler des dommages purement matériels. Mais l'exercice de l'intelligence et de la responsabilité ont pour effet naturel de développer les facultés mises en œuvre, et c'est ainsi que le niveau intellectuel et moral des ouvriers qui dirigent ou surveillent le travail des machines apparaît dans toutes les branches d'industrie que le progrès a touchées comme manifestement supérieur à celui des simples manœuvres qui font l'office de machines.

Le progrès industriel n'a donc pas eu seulement pour effet d'augmenter la quantité des produits, il a élevé, pour ainsi dire, la qualité des producteurs. Il a eu encore un autre effet, non moins bienfaisant, c'est d'étendre et de multiplier les liens de solidarité entre les hommes. Dans les siècles qui ont précédé le nôtre, la sphère de la solidarité ne dépassait guère les frontières des Etats. Les membres de chaque nation formaient une société d'assurance mutuelle contre le risque d'invasion et de pillage, quand ils n'étaient pas eux-mêmes envahisseurs et pillards. S'ils étaient intéressés à la prospérité les uns des autres, ils ne l'étaient point à celle des membres des autres nations. Ils avaient, au contraire, intérêt à la diminution des forces et des ressources des peuples avec lesquels ils étaient continuellement en guerre. Cet état de choses a changé, la solidarité a succédé à l'antagonisme, lorsque les échanges ont associé les intérêts des individus appartenant à des nations différentes. Or, c'est l'accroissement de la productivité de l'industrie qui a provoqué en la nécessitant l'extension de la sphère des échanges. Lorsque le travail, assisté par une machinerie de plus en plus puissante, — et pour emprunter un exemple au rapport de Michel Chevalier sur l'Exposition de 1867, lorsque l'introduction du moteur circulaire a porté de 80 à 480.000 le nombre de mailles qui peuvent être confectionnées en une minute dans la fabrication des tricots, — le marché local a cessé de suffire à cette production exubérante, il a fallu agrandir son débouché, et il en a été ainsi dans toutes les industries où le travail à la machine se substituait au travail à la main. Alors, [8] pour répondre à ce besoin d'extension des marchés s'est produite une demande extraordinaire de progrès des moyens de communication. Les inventeurs, utilisant les découvertes de la science, se sont appliqués à satisfaire à cette demande; la vapeur, puis l'électricité ont été employées à surmonter l'obstacle des distances. 780.000 kilomètres de chemins de fer, 1.800.000 kilomètres de lignes télégraphiques, construits presque en totalité dans la seconde moitié du siècle, des lignes de navigation à vapeur qui établissent des communications régulières entre les parties les plus éloignées du globe ont commencé l'œuvre de l'unification des marchés des produits, des capitaux et du travail.

Malgré les obstacles que cette extention de la sphère des échanges a rencontrés dans les intérêts attachés à l'ancien état des choses, elle se poursuit avec une force d'impulsion irrésistible, et on peut déjà en apprécier la portée finale en comparant l'état de développement des rapports économiques des nations au début et à la fin du siècle.

Nous n'avons que des données partielles et incertaines sur le commerce extérieur des nations civilisées dans les siècles précédents; nous savons seulement que le commerce de l'Angleterre en 1800 n'atteignait pas 2 milliards de francs12 et que celui des autres nations réunies s'élevait à peine à ce chiffre; en sorte que le commerce du monde civilisé tout entier ne dépassait pas le commerce actuel de la Belgique. M. Levasseur l'évaluait dernièrement à 87 milliards pour la période 1894-95,13 c'est-à-dire qu'il aurait au moins vingtuplé dans le cours du siècle. Le commerce international des capitaux ne s'est pas moins développé que celui des produits. La statistique ne nous fournit, à la vérité, aucune donnée sur la production du capital dans la période qui a précédé l'avènement de là grande industrie, et elle ne nous renseigne encore que d'une manière approximative sur son importance actuelle. M. Robert Giffen a évalué à 200 millions sterl. — 5 milliards de francs — le montant de l'épargne annuelle du Royaume-Uni, ce qui est peut-être excessif. Mais on peut affirmer avec certitude que la productivité de l'épargne s'est accrue avec celle de l'industrie, et on sait que les pays où la production des capitaux s'est particulièrement développée, l'Angleterre, la France, la Belgique, la Suisse, l'Allemagne, en fournissent des quantités [9] croissantes au reste du monde. La transformation de l'outillage de la production industrielle et agricole, sans oublier celle du matériel de guerre, maritime et terrestre, en a demandé des quantités énormes, surtout dans !e dernier quart de siècle. Seule, la construction des chemins de fer en a absorbé environ 200 milliards. Mais, non moins que l'exportation des produits, celle des capitaux crée et multiplie les liens de solidarité entre les peuples. Les pays importateurs de capitaux sont intéressés à la prospérité de ceux qui les produisent, afin de les obtenir en abondance et à bon marché, les pays exportateurs le sont plus encore à celle de leurs débiteurs.

Le développement de la production, déterminé par la création d'une machinerie à la fois plus puissante et plus économique, a élargi aussi, quoique dans une proportion moindre, les débouchés du travail. La population s'est accrue dans la mesure de l'extension de son débouché ; elle a doublé en Europe dans le cours du xixe siècle, et elle a fourni, en outre, à l'émigration un contingent qui a dépassé en une seule année celui qu'elle lui fournissait auparavant en un siècle. De 10.000 individus en 1820, l'émigration s'est élevée à 871.000 en 1887 et, en l'espace de quatre-vingts ans, elle n'a pas porté moins de 15 millions d'hommes de race blanche dans les autres parties du globe. Ces émigrants ont fécondé par leur travail et acquis au domaine de la civilisation d'immenses régions, dont les ressources naturelles demeuraient improductives; ils ont fait souche de peuples nouveaux, approvisionné l'Europe de matières premières et de denrées alimentaires, agrandi les débouchés de son industrie et étendu, avec la sphère de l'échange, celle de la solidarité des intérêts.

Telle a été l'œuvre capitale du xixe siècle, et la meilleure part de son actif. A des Etats isolés et politiquement hostiles, il a commencé à substituer des nations économiquement unies par les liens de plus en plus nombreux et serrés de l'échange. Et cette extension de la sphère de l'échange a eu, en même temps, pour résultat d'internationaliser le progrès lui-même. Toutes les nations se trouvant désormais en concurrence, leurs industries sont obligées de s'assimiler tous les progrès réalisés ailleurs, sous peine d'être exclues du marché général, et même de leur propre marché. Au commencement du siècle ces progrès qui multipliaient les produits en abaissa ut les frais de la production étaient,pour ainsi dire, le monopole de l'Angleterre. Après s'être efforcés de se protéger contre eux, par les barrières de la douane, les industriels du continent ont compris la nécessité de les imiter, et c'est ainsi [10] que les produits manufacturés de la France, de la Suisse et, en dernier lieu, de l'Allemagne, ont réussi, grâce au stimulant de la concurrence britannique, à dépasser en quantités croissantes les frontières du marché national.

Aujourd'hui a surgi un nouveau concurrent, l'industrie américaine, armée de machines-outils qui abaissent encore les prix de revient, demain surgira peut-être la concurrence chinoise, dont la bienfaisante influence s'ajoutera à celle de la concurrence américaine pour provoquer en Europe un mouvement de réforme des *impedimenta* politiques, fiscaux, protectionnistes, qui élèvent artificiellement le prix des matériaux de la vie.

Avons-nous besoin d'ajouter que des siècles se passeront avant que l'humanité soit exposée à produire plus qu'elle ne peut consommer. Malgré l'essor que la conquête d'un contingent colossal de forces naturelles est en train d'imprimer à sa capacité productive, l'humanité est encore pauvre, très pauvre, et il faudra que sa production annuelle soit au moins décuplée pour lui assurer une modeste aisance.

Mais c'est seulement par l'extension de l'organisme de la production et de l'échange que le travail, assisté des forces de la nature, pourra satisfaire avec une abondance de plus en plus grande les besoins, encore aujourd'hui si incomplètement desservis, de la consommation. Or cet organisme est d'une sensibilité extrême, et à mesure qu'il s'étend et solidarise des intérêts plus nombreux dans les différentes parties du globe, les causes de perturbation, telles que les guerres et les autres calamités dues aux vices et à l'ignorance des gouvernements et des individus, qui se manifestent sur un point du marché agrandi des échanges, se répercutent sur tous les autres. Ces causes de désordre et de ruine n'ont pas cessé de se multiplier et même de s'aggraver dans le cours du siècle, et, en regard des progrès qui constituent son actif, elles ont produit un passif qui a absorbé, sinon la totalité, au moins une part trop considérable de cet actif de progrès.

II.

Il semblerait que l'accroissement extraordinaire du commerce international, en développant entre les peuples la solidarité des intérêts et en augmentant, parla même, le besoin de la paix, eût dû rendre les guerres plus rares. On pouvait d'autant plus se bercer de cette espérance que les progrès de l'industrie augmentaient chaque jour le nombre et la richesse de la classe [11] dirigeante de la production et lui valaient une part d'influence plus considérable dans le gouvernement des Etats. Cependant, il n"en a pas été ainsi. Les guerres n'ont pas été moins nombreuses au xixe siècle, et elles ont été bien autrement destructives et coûteuses qu'elles ne l'avaient été au xviiie.

Nous ne possédons pas le compte des vies humaines que la guerre a consommées depuis les dernières années du règne de Louis XIV jusqu'à la Révolution française, mais c'est le porter fort haut que de l'évaluer à un million. Les armées étaient alors peu nombreuses et les difficultés du recrutement obligeaient les généraux à ménager la vie de leurs soldats. La Révolution a changé cet état de choses en mettant à la disposition des chefs des armées républicaines ou impériales un nombre illimité de réquisitionnaires ou de conscrits. Ils ont obtenu ainsi un avantage décisif sur leurs adversaires, accoutumés aux pratiques de l'ancien système, et l'on sait que Moreau qualifiait Napoléon de vainqueur à raison de 10.000 hommes par heure. Le peu de développement du crédit public obligeait de même les gouvernements à limiter leurs armements, et à conclure la paix aussitôt que leur trésor était épuisé. La faible augmentation des dettes publiques dans le cours du xviiie siècle nous fournit à cet égard une indication positive. D'après une statistique dressée par Dudley-Baxter, elles ne se seraient accrues que de 5 milliards dans la période de 1715 à 1793;14 mais, à dater de cette époque,on voit l'industrie destructive de la guerre prendre un essor plus prodigieux encore 12] que celui des industries productives. Les guerres de la Révolution et de l'Empire consommèrent environ 5 millions d'hommes; et ce compte s'est particulièrement accru dans la seconde moitié du siècle. En additionnant les victimes de la guerre depuis la Révolution, on est arrivé au monstrueux total de 9.840.000, près de 120 millions pour les pays appartenant à notre civilisation. La consommation des capitaux a progressé plus rapidement encore que celle des hommes. En sus des dépenses couvertes annuellement par l'impôt, la guerre et la paix armée, autrement dit la préparation à la guerre, ont participé pour cent milliards, au plus bas mot, à l'augmentation des dettes publiques dans le cours du siècle.

Cependant, ce qui était jadis la raison d'être de la guerre a cessé d'exister. Aussi longtemps que les peuples civilisés ont été menacés de destruction ou tout au moins de dépossession par les invasions des barbares, la guerre a été une nécessité. Car il fallait bien s'assurer contre un péril toujours imminent et inévitable.

Mais grâce aux progrès du matériel et de l'art de la destruction — et ces progrès n'ont pas été, pour le dire en passant, moins utiles que ceux du matériel et des arts de la production — ce péril a disparu. Les peuples civilisés envahissent au contraire et s'approprient les régions occupées par leurs anciens envahisseurs. La guerre ne s'impose plus à eux. Elle dépend de leur volonté.

Il s'agit donc de savoir s'ils ont encore intérêt à la vouloir. Cet intérêt existait sans aucun doute pour les aristocraties qui trouvaient dans la conquête d'un Etat ou d'une province un supplément de serfs ou de sujets qui leur fournissaient, par les corvées, les redevances ou les impôts, un supplément de revenus. Mais que peut bien rapporter la conquête de la province ou de l'Etat le plus riche à une nation qui demande ses moyens de subsistance non plus au pillage ou à l'exploitation du travail de ses esclaves, de ses serfs ou de ses sujets, mais à la culture de son sol et à la pratique honnête de son industrie ? L'expérience de toutes les guerres qui ont ravagé le monde dans le cours de ce siècle n'a-t-elle pas attesté qu'elles ont coûté aux vainqueurs plus qu'elles ne leur ont rapporté ? Comment donc s'expliquer que des êtres pourvus de raison et sachant compter continuent à pratiquer une industrie qui travaille à perte? Ce serait là sans doute un phénomène inexplicable, et une aberration du ressort des médecins aliénistes si les producteurs — chefs d'industrie, capitalistes et ouvriers qui paient les frais de toutes les guerres, possédaient [13] dans le gouvernement des nations une influence prépondérante. Mais, en dépit des révolutions, des unifications et des constitutions politiques qui ont eu pour objet d'affranchir les nations de l'exploitation d'une caste nationale ou étrangère, la forme de leurs gouvernements seule a changé, le fond est demeuré le même. Les intérêts particuliers n'ont pas cessé de se coaliser pour faire la loi à l'intérêt général. Et dans toute l'Europe les intérêts engagés dans la conservation de l'état de guerre, intérêts militaires et politiques, sont demeurés prépondérants. Les armées et les fonctions publiques qui étaient sous l'ancien régime l'unique débouché de la classe gouvernante, n'ont pas cessé d'être considérées comme supérieures aux autres emplois de l'activité humaine. Elles attirent encore de préférence les rejetons de l'ancienne classe dominante avec les parvenus de la nouvelle, et constituent un puissant faisceau d'intérêts, aussi bien dans la plupart des républiques que dans les monarchies. Or, la guerre étant aujourd'hui comme elle l'était jadis une source de profits et d'honneurs pour les militaires professionnels, il est naturel qu'ils y poussent. « Connaissez-vous bien mon armée, disait Napoléon? C est un chancre qui me dévorerait, si je ne lui donnais de la pâture ! » 15

Cette pâture, les détenteurs du pouvoir, chefs d'Etats et politiciens, sont d'autant plus disposés à la lui donner que la guerre fait taire les oppositions et ajourne, sauf à les aggraver plus tard, les difficultés intérieures. On s'explique donc que la guerre ait survécu aux périls qui menaçaient la civilisation, et il y a grande apparence qu'elle leur survivra aussi longtemps que cette industrie destructive disposera d'une influence politique supérieure à celle des industries productives qui en supportent les frais et les dommages. On s'explique aussi que l'accroissement extraordinaire de la productivité de l'industrie, en augmentant la richesse et la puissance des nations, ait déterminé un développement correspondant des appareils de guerre. Du moment où le risque de guerre subsiste et peut échoir du jour au lendemain, sous la pression d'intérêts qui demandent une pâture, il faut bien s'armer contre ce risque, opposer à l'ennemi une puissance destructive au moins égale à la sienne et, par conséquent, l'augmenter dans la proportion des forces et des ressources que créent et développent les progrès de l'industrie. Cette proportion, le régime de la paix armée l'a certainement atteinte aujourd'hui en Europe, s'il ne l'a point dépassée. [14]

Ces énormes effectifs que nécessite le régime de la paix armée ne peuvent, d'ailleurs, sous peine de se rouiller, demeurer toujours inactifs. Un chômage trop prolongé détériore les ateliers de la destruction aussi bien que ceux de la production. La guerre est nécessaire à la santé des armées. Aussi ensigne-t-on dans les écoles militaires que chaque génération doit avoir la sienne. Mais les dettes publiques se sont tellement alourdies et le prix de revient d'une guerre entre des nations égales en puissance s'est tellement accru, qu'il est devenu de plus en plus difficile de donner satisfaction aux professionnels de l'art. Qu'a-t-on fait? On a remplacé, dans ce dernier quart de siècle, les guerres, désormais trop coûteuses entre les nations civilisées, par des guerres de conquête, d'exploitation ou de rapine, en dehors du domaine de la civilisation. Les gouvernements européens se sont partagé l'Afrique et ils mettent aujourd'hui la Chine au pillage, sous prétexte d'ouvrir de nouveaux débouchés à l'industrie et de faire participer les nègres, sans oublier les Chinois, aux bienfaits de notre civilisation. Mais il suffit d'additionner et de comparer les frais de conquête et de conservation des colonies, des protectorats et des zones d'influence avec les profits qu'en tirent l'industrie et le commerce, pour être édifié sur la valeur de ce prétexte. La conquête, l'assujettissement, l'exploitation fiscale et protectionniste n'ont pas la vertu d'étendre les débouchés de l'industrie et du commerce. Ils contribuent plutôt à les resserrer en augmentant les charges que les budgets de la guerre, de la marine et des colonies font peser sur toutes les branches de la production. Quant à la civilisation, est-ce bien par le massacre et le pillage qu'on peut en faire apprécier les bienfaits aux « Barbares »?

Aux frais d'armement hors de toute proportion avec les besoins réels de sécurité des peuples civilises, aux guerres engagées pour donner satisfaction à des intérêts de caste, de parti ou de dynastie, il faut ajouter, dans la colonne du passif du xixe siècle, une augmentation continue du prix des services sur lesquels les gouvernements font main basse aux dépens de l'activité privée, et les frais d'un système de prétendue protection de l'industrie qui ne rétribue aucun service.

Les révolutions et les réformes politiques qui ont eu pour objet d'enlever aux oligarchies nobiliaires et cléricales de l'ancien régime le monopole du gouvernement des nations n'ont eu, en fait, d'autres résultats que d'étendre successivement ce monopole, et de conférer ainsi à une classe de plus en plus nombreuse le pouvoir et l'influence naturellement attachés à la possession de [15] l'Etat. Les fonctions qui servaient de débouchés à l'ancienne classe gouvernante n'ont plus suffi à la nouvelle. Il a fallu les multiplier pour satisfaire à l'accroissement de la demande. L'extension des attributions de l'Etat est devenue par conséquent une nécessité politique. En vain, les économistes, gens naïfs et incapables d'apprécier ce genre de nécessité, se sont évertués à démontrer que les produits et les services de l'Etat reviennent plus cher aux consommateurs que ceux de l'industrie privée ; que les fonctionnaires de l'Etat sont plus mal recrutés, moins laborieux et moins serviables que ceux des entreprises particulières, rien n'y a fait. Sous la pression irrésistible des influences électorales et autres, l'Etat a étendu ses attributions et multiplié ses fonctionnaires, et les petits Etats municipaux, départementaux ou provinciaux ont suivi partout l'exemple du grand. Pour ne citer que la France, le nombre des fonctionnaires publics de tout ordre s'y est élevé, dans le cours du siècle, de 60.000 à 400.000, et l'étatisme va, de même, se propageant dans les autres pays, sans excepter l'Angleterre, à mesure que l'extension de la classe gouvernante augmente la demande des places.

Aux bénéfices provenant du monopole des fonctions publiques se joignaient, sous l'ancien régime, ceux des privilèges en matière d'impôts et des redevances féodales. Ces privilèges et ces redevances, après avoir été abolis sous leurs anciennes formes, ont peu à peu reparu, sous d'autres formes adaptées aux intérêts dominants. Les impôts indirects et les monopoles qui pèsent principalement sur les couches politiquement les moins influentes de la population, et qui ne figuraient en France que pour un tiers dans le budget des recettes, ont atteint successivement la proportion des deux tiers. Les droits de douane que le traité de 1786 avait abaissés, sous l'influence des doctrines libérales, propagées en Angleterre par l'école d'Adam Smith, en France par celle de Quesnay et de Turgot, ont été relevés, d'abord à titre d'instruments de guerre, ensuite d'instruments de protection et mis au service des intérêts politiquement influents. Ils ont remplacé, pour les grands propriétaires terriens, les redevances féodales et ont été étendus aux détenteurs de la propriété industrielle coalisés avec eux.

Cette coalition s'est rompue en Angleterre, et les intérêts agrariens réduits à leurs propres forces ont succombé sous l'effort de la Ligue contre les lois céréales. La multitude, exonérée du tribut qu'elle payait aux intérêts privilégiés, a pu augmenter sa consommation des articles de nécessité et de confort, tout en accroissant son épargne, et l'industrie britannique, encouragée par [16] le développement de la consommation et stimulée par la concurrence, a pris un essor merveilleux.16

L'exemple de l'Angleterre a été suivi d'abord par les autres nations et on a pu croire, un moment, qu'une nouvelle ère de liberté et de paix allait s'ouvrir pour le monde. Mais l'illusion a été courte. Les intérêts militaristes et protectionnistes n'ont pas tardé [17] à reprendre le dessus. La guerre de la Sécession américaine, en donnant la victoire aux Etats protectionnistes, leur a permis d'élever le tarif au gré de leurs appétits. La guerre franco-allemande, en provoquant, avec une recrudescence du militarisme, l'accroissement général des budgets de la guerre, a obligé les gouvernements à demander à leurs parlements un complément de ressources. La coalition protectionniste a trouvé cette occasion favorable pour se reformer et mettre à prix son concours.

Les tarifs de douane ont été relevés dans le double intérêt de la fiscalité et de la protection. En Allemagne, en Italie, en France les droits sur les articles de première nécessité, le pain et la viande, ont été exhaussés de manière à en élever les prix d'un tiers ou de moitié, dans l'intérêt des propriétaires fonciers, tandis que d'autres exhaussements de tarifs sur les matériaux des vêtements, de l'ameublement, des transports, fournissaient, avec l'adjonction d'un système de primes, la part de leurs alliés, les propriétaires d'industries, aux dépens de la généralité des consommateurs et des contribuables. Aux impôts que ceux-ci doivent à l'Etat s'ajoutent les impôts qu'ils ne doivent pas, et qui ne sont, en réalité, autre chose que les vieilles redevances féodales transformées et modernisées.

On s'explique donc que l'augmentation extraordinaire de la richesse, déterminée par une merveilleuse efflorescence de progrès, n'ait pas accru d'une manière équivalente le bien-être des peuples civilisés. L'incapacité et les vices des gouvernements, le militarisme, l'étatisme, le protectionnisme ont dévoré une forte part de cette plus-value de l'industrie. L'ignorance et l'insuffisance morale des individus émancipés de l'onéreuse tutelle de la servitude, mais encore incapables de supporter tout le poids de la responsabilité attachée à la liberté, en ont détruit ou stérilisé une autre part. Il faut bien le dire. La multitude qui vivait au jour le jour du produit de son travail ne possédait ni la capacité, ni les ressources nécessaires pour mettre en pleine valeur son capital de forces productives. Comme le constatait Adam Smith, l'ouvrier dépourvu d'avances se trouvait vis-à-vis de l'employeur dans une situation inégale, qu'aggravait la défense de remédier à cette inégalité par l'association. D'un autre côté, il avait à faire le difficile apprentissage de la liberté, il devait régler et contenir ses besoins actuels en prévision des nécessités futures, pourvoir aux accidents et aux chômages, remplir toutes ses obligations envers lui-même et envers les êtres dont il était responsable. Doit-on s'étonner s'il n'a point suffi à cette tâche, si, avec un salaire [18] débattu dans des conditions inégales et diminué par les charges des impôts qu'il devait et celles des impôts qu'il ne devait pas, il a trop souvent succombé sous le faix, et si, en même temps que croissait la richesse, se propageaient la misère et la dégradation morale?

Ces maux qui ont accompagné la transformation de l'industrie et l'émancipation des classes ouvrières, les économistes se sont appliqués à les rattacher à leurs véritables causes, et à réclamer les réformes propres à y remédier. Mais ces réformes se heurtent à des intérêts puissants et intraitables, et elles n'ont point d'ailleurs une efficacité immédiate et radicale. Les socialistes ont eu plus de succès en attribuant en bloc les souffrances de la multitude à un pouvoir mystérieux et redoutable qu'ils ont désigné et stigmatisé sous le nom de tyrannie du capital. Cette tyrannie, ils convient les masses ouvrières à la renverser, en employant le procédé expéditif d'une révolution sociale. La révolution faite les socialistes autoritaires, collectivistes ou communistes, se proposent de charger l'Etat de réorganiser la société ; les socialistes anarchistes, au contraire, veulent abolir l'Etat, mais les uns et les autres s'accordent sur un point essentiel : la confiscation du capital.

Et telle est la solution de la question sociale qui tient le record de la popularité à l'aurore du xxe siècle.

III.

Le xixe siècle lègue à son successeur un héritage de milliardaire. Aucun de ses prédécesseurs n'a autant grossi la fortune qu'il avait reçue. Mais s'il a agrandi son domaine et augmenté dans des proportions auparavant inconnues la somme de ses richesses immobilières et de ses valeurs mobilières, il laisse cet énorme héritage fortement grévé de dettes. Il lègue aussi à ses héritiers, sans parler des vices communs à tous les siècles, et dont il ne s'est guère appliqué à se corriger, des habitudes enracinées et aggravées de dissipation et de gaspillage.

Le xxe siècle continuera sans aucun doute à accroître la productivité de l'industrie et à multiplier la richesse. Ses savants, ses inventeurs, ses industriels, ses capitalistes, ses ouvriers ne chômeront point, ils travailleront sans relâche à augmenter la somme des matériaux de la civilisation et du bien-être. Mais il est malheureusement permis de craindre que l'œuvre de ces artisans laborieux de la production ne continue aussi à être contrariée, par [19] l'aveugle égoïsme des intérêts, que ses fruits ne soient, comme d'habitude, détournés de leur destination utile, et employés à des fins nuisibles.

Pendant que la science et l'industrie multiplient la richesse, le militarisme, l'étatisme et le protectionnisme, en attendant le socialisme, s'associent pour la détruire, et en épuiser la source. Les recettes que le travail annuel des nations fournit au budget des gouvernements ne suffisent plus à leurs dépenses. C'est en grévant le travail des générations futures qu'ils rétablissent l'équilibre. Les dettes publiques de l'Europe ont doublé dans la seconde moitié du siècle. En suivant la même progression, elles atteindront pour le moins 400 milliards en l'an 2000. Quels que soient les progrès de la production, ce fardeau ne dépassera-t-il pas les forces des producteurs ? Souhaitons donc — et c'est le vœu le plus utile que nous puissions adresser à notre descendance —, que le xxe siècle n'excelle pas seulement, comme son devancier, à produire de la richesse, mais qu'il apprenne à la mieux employer.

G. DE MOLINARI.

 

Appendix 2: Molinari on “The Prospects for the 20th Century” -"Le XXe siècle" (Jan. 1902).

Source: Gustave de Molinari, "Le XXe siècle", Journal des Économistes, Janvier 1902, 5e série, T. XLIX, pp. 5-14.

Note key phrases:

  • la machine à faire les lois p. 5
  • la lèpre de l'Etatisme p. 6
  • cette classe budgétivore p. 8
  • le parti conservateur, le parti libéral, le parti socialiste p. 13
  • le parti du moindre gouvernement p. 14

Le XXe siècle

[5]

I.

Le caractère particulier du xixe siècle, disions-nous dans notre revue de l'année dernière, ce qui le distingue de tous les siècles qui l'ont précédé, c'est une augmentation prodigieuse de la puissance productive de l'homme, en d'autres termes, de sa capacité de créer de la richesse. Mais comme il arrive d'habitude aux nouveaux enrichis, les peuples dont la fortune s'est subitement accrue grâce à une efflorescence extraordinaire de progrès matériels, n'ont pas acquis en même temps la capacité morale nécessaire pour en gouverner honnêtement et utilement l'emploi. Ils ont donné le spectacle des appétits grossiers et des vices des parvenus. Les classes en possession de la machine à faire les lois s'en sont servis pour satisfaire leurs intérêts particuliers au détriment de 1 intérêt général : le militarisme, l'étatisme et le protectionnisme se sont joints pour détourner de leur destination utile, détruire ou stériliser les fruits du progrès. Chose à peine croyable ! à mesure que s'est amoindrie l'utilité des coûteux appareils de guerre que l'ancien régime avait légués au nouveau, on les a renforcés et développés au lieu de les réduire. Tandis que les progrès de la puissance destructive, allant de pair avec ceux de la puissance productive, assuraient d'une manière définitive les nations civilisées contre le risque des invasions des barbares, et que, d'une autre part, la guerre cessait d'être un mode avantageux d'acquisition de la richesse pour devenir une cause d'endettement [6] et de ruine, les armements prenaient des proportions de plus en plus formidables, et la guerre dévorait, dans le cours du xixe siècle, dix fois plus d'hommes et de capitaux que dans aucun des siècles antérieurs. De même, tandis que le développement de l'esprit d'entreprise et d'association permettait d'abandonner désormais à l'initiative libre des individus les travaux et les services d'intérêt public, on a vu l'Etat empiéter chaque jour davantage sur le domaine de l'activité privée, et remplacer l'émulation féconde des industries de concurrence par l'onéreuse routine de ses monopoles. Moins l'intervention de l'Etat est devenue utile, plus s'est étendue la lèpre de l'Etatisme ! Enfin, tandis que la multiplication et le perfectionnement merveilleux des moyens de transport, à l'usage des agents et des matériaux de la production, égalisaient partout les conditions d'existence de l'industrie, et, en mettant en communication constante les marchés de consommation auparavant isolés, enlevaient sa raison d'être originaire au régime de la protection, l'esprit de monopole des classes gouvernantes et légiférantes exhaussait et multipliait les barrières du protectionnisme.

A en juger par ses débuts, le xxe siècle suivra sous ce triple rapport l'exemple de son devancier. Pendant l'année qui vient de finir, les dépenses des gouvernements de l'ensemble des pays civilisés se sont augmentées comme d'habitude,et cette augmentation a porté, comme d'habitude aussi, sur les moins utiles. Nulle part, les services de la justice et de la police qui intéressent la sécurité des individus ne reçoivent une allocation proportionnée aux risques auxquels sont exposées la vie et la propriété de chacun. Aussi ne voit-on nulle part s'abaisser le taux de ces risques et l'industrie des malfaiteurs de toute espèce demeure-t-elle aussi florissante que jamais. Quoique les risques extérieurs qui peuvent menacer la vie et la propriété individuelles, du fait des invasions étrangères, soient devenus à peu près nuls depuis que l'expérience a démontré que toute guerre coûte aujourd'hui plus qu'elle ne rapporte, les budgets de la guerre et de la marine ne cessent point de s'accroître. Ils s'accroissent en raison non de l'augmentation mais de la diminution des risques qu'ils ont pour objet de couvrir. Tous les jours, on met sur les chantiers des cuirassés qui reviennent à une trentaine de millions au bas mot, et qui ne serviront qu'à de fastueuses et vaines parades. A cet égard, l'Espagne a donné un exemple caractéristique. Loin de réduire du montant des frais de garde des colonies qu'elle a perdues les budgets de ses armées de terre et de mer, et de réaliser ainsi une [7] économie indispensable à ses finances délabrées, elle les a augmentés, ses politiciens, — les libéraux aussi bien que les conservateurs, — ayant déclaré « intangibles » ces dépenses désormais inutiles. Quant au budget de la protection qui se superpose au budget de l'Etat, il n'a pas cessé davantage de s'épanouir. En France, la commission des douanes a continué activement à compléter et à perfectionner le tarif Méline, les primes à la marine marchande ont été renouvelées sauf un léger correctif, le régime des admissions temporaires a été modifié dans un sens restrictif etc. etc., en Suède les droits sur les denrées agricoles et la plupart des produits de l'industrie ont été aggravés, en Hollande même, le régime traditionnel de la liberté commerciale est sérieusement menacé par les appétits protectionnistes, en Allemagne, le gouvernement, dominé par une féodalité agrarienne, a présenté au Reichstag un projet de tarif destiné à élever le taux de la rente du sol aux dépens du salaire du travail.

Comment les nations civilisées peuvent-elles consentir à supporter cette politique de gaspillage et de privilège qui a plus que triplé en cinquante ans le chiffre de leurs dettes17, multiplié et alourdi les impôts qu'elles doivent et ceux qu'elles ne doivent pas? On s'explique ce phénomène, d'ailleurs peu flatteur pour leur moralité et leur intelligence, quand on examine de près leurs éléments constitutifs. Elles se composent au moins pour les neuf dixièmes d'individus, préoccupés uniquement de leurs intérêts particuliers et immédiats, ignorants ou insouciants des intérêts généraux et permanents de la nation, à plus forte raison de [8] l'humanité. Dans les pays tels que la Russie où la multitude des gouvernés est privée des droits politiques qu'elle est, au surplus, incapable d'exercer, le gouvernement se trouve entre les mains d'une classe mi bureaucratique, mi-propriétaire et industrielle qui tire la plus grosse part de ses revenus du budget de l'Etat et du budget de la protection. Dans les pays dits constitutionnels où les gouvernés sont en nombre plus ou moins considérable pourvus du droit électoral, la grande majorité use de ce droit pour en tirer un profit quelconque ou s'abstient d'en user. A la condition de favoriser les intérêts les plus influents, le gouvernement peut impunément sacrifier ou négliger les autres. Or les intérêts les plus influents sont précisément ceux de la classe dans laquelle se recrutent les hauts fonctionnaires civils et militaires qui demandent leurs moyens d'existence au budget de l'Etat, les propriétaires fonciers et les industriels qui se partagent le budget de la protection. Comment donc cette classe budgétivore ne pousserait-elle pas à l'augmentation continue des dépenses dont elle profite, et n'emploierait-elle pas à les multiplier la puissance de l'Etat dont elle dispose?

Et remarquons que la puissance de l'Etat, investie dans l'appareil gouvernemental, s'est singulièrement accrue sous l'influence des progrès des moyens de mobilisation de ses forces et de ses ressources. Cet le puissance est telle qu'elle défie toutes les résistances individuelles et donne aux gouvernements modernes une capacité d'oppression des minorités bien supérieure à celle des gouvernements de l'ancien régime. Quand un souverain d'autrefois entrait en possession d'une province, soit par la guerre, soit par héritage, il se gardait prudemment de loucher aux institutions particulières de ses nouveaux sujets. Il respectait leurs coutumes et leur langue. Lorsque Louis XIV s'empara de l'Alsace, il s'abstint même de changer son régime douanier. L'Alsace demeura une province dite d'étranger effectif et, comme telle, affranchie des charges du tarif protectionniste de Colbert. Il n'en est plus ainsi de nos jours. Les gouvernements usent sans ménagement du droit du plus fort vis-à-vis des populations qui tombent sous leur domination. C'est ainsi que le gouvernement russe, méconnaissant ses engagements formels, a assujetti la Finlande au régime autocratique du reste de l'Empire, et que le gouvernement allemand a interdit aux Danois du Schleswig et aux Polonais de la Posnanie l'usage de leur langue maternelle, en sanctionnant cette prohibition aussi inepte qu'odieuse par l'abus le plus insolent et le plus brutal de la force. [9]

II.

Malgré la rapidité avec laquelle se développe le budget de l'Etat, il pourrait cependant être bientôt dépassé par le budget de la protection grâce au perfectionnement que l'esprit de monopole a apporté au mécanisme protectionniste par l'invention et la propagation des trusts, des cartels et des syndicats.

Les trusts aux Etats-Unis, les cartels eu Allemagne, les syndicats et les comptoirs de vente en France sont, avec des différences d'organisation, constitués en vue d'un double objet, l'un de diminuer les frais de la production et de l'échange des produits, l'autre, d'élever les prix au niveau des droits protecteurs et de les y maintenir, en supprimant la concurrence intérieure, de manière à procurer aux industries protégées la totalité du bénéfice de la protection. En effet, l'expérience a démontré qu'il ne suffit pas d'exclure du marché intérieur les produits concurrents de l'étranger pour exhausser de tout le montant des droits, les prix au-dessus du taux du marché général; qu'il arrive même, lorsque les droits portés à un taux prohibitif procurent d'emblée des bénéfices extraordinaires aux industries protégées,que l'esprit d'entreprise et les capitaux s'y portent avec surabondance, en déterminant une surproduction cl une baisse qui ramènent les prix au taux du marche général et les l'ont parfois tomber au-dessous. Alors, aux bénéfices plantureux de la première heure succèdent des pertes ruineuses. La chute des entreprises les moins solides dégage,a la vérité, le marché de l'excédent de la production et relève les prix, mais ce relèvement, en attirant de nouveau l'esprit d'entreprise et les capitaux, détermine un retour de la baisse.

Le régime de la protection engendre ainsi un état permanent d'instabilité, dans lequel à une période de hausse provoquée par l'exclusion de la concurrence extérieure succède une série de mouvements alternatifs de rétraction et d'expansion de la concurrence intérieure. Dans les périodes de rétraction les prix peuvent s'élever de tout le montant des droits, et s'il s'agit de denrées de première nécessité, être portés à un taux de famine. Les droits jouent alors entièrement et les producteurs réalisent la totalité des bénéfices possibles de la protection. Dans les périodes d'expansion, au contraire, les droits cessent de jouer, les producteurs vendent à perte et se ruinent. C'est, disons-nous, pour prévenir [10] ces fluctuations désastreuses, élever et stabiliser les prix au niveau des droits protecteurs, que les industriels américains ont entrepris de supprimer la concurrence intérieure, en constituant des trusts qui fusionnent les entreprises concurrentes de la même industrie. Dans quelques cas, ils ont complètement atteint leur but : la Standard Oil Co. et le Sugar trust fournissent la presque totalité du pétrole et du sucre consommés aux Etats-Unis et sont, en fait, maîtres du marché. Le dernier et le plus colossal des trusts, l'United States Steel Co. constitué au mois de mars dernier par la réunion de huit groupes d'entreprises, commande de même le marché des branches principales delà métallurgie. Ce trust monstrueux est formé au capital de 1.100 millions de dollars, et l'ensemble des capitaux des trusts est évalué à 7 milliards de dollars, soit 35 milliards de francs. Les cartels allemands, les syndicats français, syndicat des sucres, comptoir métallurgique à Longwy et autres, sont loin d'avoir atteint le développement des trusts, mais tous, trusts, cartels, syndicats, poursuivent le même objectif, qui est de s'assurer intégralement les bénéfices de la protection en empêchant la concurrence intérieure de troubler le jeu des droits protecteurs.

En Allemagne et en France ces tentatives encore partielles de monopolisation du marché n'ont pas sérieusement ému l'opinion publique. Il en a été autrement aux Etats-Unis. Comme d'habitude, c'est au gouvernement que l'opinion alarmée a eu recours pour défendre les intérêts menacés par la surpression de la concurrence intérieure. Dans la plupart des Etats de l'Union, des lois ont été faites pour empêcher la formation des trusts ou limiter leur pouvoir, mais ces lois, qui avaient pour défaut commun de faire obstacle au développement légitime et utile des entreprises sont demeurées impuissantes contre les manœuvres de l'esprit de monopole : aux combinaisons interdites par les lois, les trusts ont substitué des formes d'association inattaquables. Rien ne serait plus facile cependant que de leur porter un coup mortel : au lieu de faire des lois pour les réglementer, il suffirait de défaire la loi, qui a limité artificiellement la concurrence, en entourant le marché intérieur d'une muraille douanière. Le fondateur du trust des sucres n'a-t-il pas attesté, lui-même, l'efficacité de ce remède en avouant que le tarif est le « père des trusts? »

Mais les tarifs de douane, soit qu'on les considère comme des instruments de fiscalité ou de protection sont défendus par des intérêts puissants. Ils fournissent partout une portion notable des ressources qui alimentent le militarisme et l'étatisme, et la [11] totalité de la dîme que le protectionnisme prélève sur la généralité des consommateurs et des contribuables. L'Angleterre seule a enlevé à son tarif tout caractère protectionniste, mais son exemple n'a été suivi que d'une manière momentanée, et on n'oserait affirmer que la réforme bienfaisante dont elle est redevable aux Cobden, aux Robert Peel, aux Gladstone, soit pleinement assurée contre un retour offensif du protectionnisme allié à l'impérialisme.

III.

Cependant, il serait injuste de rendre les classes gouvernantes responsables de tous les maux qui affligent nos sociétés, ainsi que le font d'habitude les socialistes. Une part de ces maux, et peut-être la plus grosse part, a sa source dans l'incapacité et l'immoralité du gouvernement de l'individu par lui-même. Le budget de la débauche et de l'ivrognerie, par exemple, atteint, s'il ne le dépasse point, dans le plus grand nombre des pays civilisés, le budget du militarisme. Mais, quel que soit le point de partage de la responsabilité des erreurs et des vices du gouvernement de la société et du gouvernement de l'individu, ces erreurs et ces vices causent invariablement une déperdition des richesses qui se répercute sur les classes les moins capables d'en supporter le dommage. De là un malaise et un mécontentement qui semblent, au premier abord, inexplicables, à une époque où des progrès de toute sorte permettent à l'homme d'acquérir les matériaux de la vie en échange d'une somme de plus en plus réduite de travail et de peine.

C'est de ce malaise et de ce mécontentement succédant à des espérances excessives et prématurées qu'est né le socialisme.

A ses débuts, dans la première partie du siècle dernier, le socialisme apparaît sous la forme de simples utopies, conçues par des esprits bienveillants et chimériques. Sans tenir aucun compte des conditions naturelles d'existence de la société, les Saint-Simon, les Fourier et leurs émules rêvent de la reconstruire sur un plan nouveau, mais ils ne songent point à en appeler à la force pour réaliser leurs utopies. Ils sont convaincus qu'il suffira de les propager à la manière des apôtres, pour les faire adopter sans résistance, car ce qu'ils apportent à l'humanité c'est le bonheur universel. D'ailleurs, où trouveraient-ils la force [12] nécessaire pour les imposer? Ils la demanderaient en vain aux classes en possession du pouvoir et de la richesse. Quant à la multitude disséminée en groupes peu nombreux et sans liens dans les ateliers de la petite industrie, cette multitude à l'état amorphe ne pouvait leur fournir aucun point d'appui dans la première moitié du xixe siècle. Privée de tout droit politique, elle ne comptait point dans l'Etat.

Mais dans la seconde moitié du siècle, la situation a changé du tout au tout. La grande industrie a rassemblé dans ses ateliers des milliers de travailleurs, que la transformation et la multiplication des moyens de communication a contribué encore à rapprocher, les lois sur les coalitions ont été abolies et les droits politiques sont descendus dans les couches inférieures de la société : au suffrage restreint qui en conférait le monopole aux classes supérieure et moyenne, a succédé le suffrage universel. Dans ce nouvel état des choses, la classe la plus nombreuse et la plus pauvre, comme la nommait Saint-Simon, a cessé d'être une poussière sans consistance pour devenir une masse compacte et en voie de s'organiser. Elle a fourni au socialisme le point d'appui qui lui manquait à ses débuts. A son tour, il s'est transformé pour s'adapter à l'état d'esprit de sa clientèle. Cet état d'esprit ne diffère point de celui des classes supérieure et moyenne et comment serait-il plus éclairé et plus moral? Imbue à leur exemple de la doctrine héritée de l'époque où la guerre était le mode le plus lucratif d'acquisition de la richesse, où, par conséquent, le profit de l'un faisait le dommage de l'autre, la démocratie ouvrière est naturellement convaincue qu'elle ne peut s'enrichir qu'en dépouillant les riches. En conséquence, ce qu'elle demande a la loi, c'est de confisquer le capital ou tout au moins de le mettre à la merci du travail. Le collectivisme a répondu à cette demande. En vain, les classes encore en possession du pouvoir défaire la loi s'efforcent aujourd'hui de parer à ce danger, en offrant au cerbère de la démocratie le gâteau des lois dites ouvrières, loi limitative de la durée du travail, en attendant la loi du minimum du salaire, loi reportant sur les employeurs la responsabilité des accidents, naturellement afférente aux employés, loi imposant aux patrons et à l'Etat une part du fardeau des pensions ouvrières, etc., etc., ces offrandes de la peur n'ont pas la vertu de détourner la clientèle du collectivisme, car il lui promet la totalité des biens dont l'Etat bourgeois ne lui offre qu'une part; encore n'est il pas bien certain que cette part ne lui aura point été reprise par la répercussion des lois naturelles qui régissent l'impôt et le salaire. [13]

IV.

Aux deux partis qui se sont disputé pendant le cours du xixe siècle la possession de l'Etat et la confection des lois, l'un, le parti conservateur recruté principalement dans la classe gouvernante de l'ancien régime, l'autre, le parti libéral issu de la bourgeoisie, enrichie par l'industrie, se joint maintenant un troisième parti, représentant la classe ouvrière investie des droits politiques : le parti socialiste. Il semble même que ces trois partis doivent bientôt se réduire à deux. Ne voyons-nous pas le parti libéral se dissoudre partout, et ses éléments constitutifs s'unir suivant l'affinité de leurs intérêts au parti conservateur ou au parti socialiste? On peut donc prévoir que la lutte pour la possession de l'Etat et la confection des lois, qui s'est poursuivie dans le cours du xixe siècle entre le parti conservateur et le parti libéral se poursuivra au xxe entre le parti conservateur et le parti socialiste. On peut prévoir aussi que cette lutte ne sera pas moins ardente, et selon toute apparence moins stérile que ne l'a été sa devancière, et qu'elle engendrera la même série de révolutions, de coups d'état, avec le dérivatif sanglant des guerres étrangères et des expéditions coloniales, qui ont constitué ce qu'on pourrait appeler le passif de la civilisation du xixe siècle.

Si ces prévisions auxquelles conduit, il faut bien le dire, l'enchaînement logique des faits devaient se réaliser, elles justifieraient le pessimisme qui a succédé à l'optimisme des premiers temps du nouveau régime politique et économique. Il est en effet trop évident que la lutte pour la possession du gouvernement ne pourra que croître en violence et que le jour où le parti socialiste aura le pouvoir de faire la loi,il en usera avec moins de discrétion que le parti soi-disant libéral et réformateur dont il est en train de recueillir l'héritage. Il taillera dans le vif de la propriété et de la liberté individuelles. Il brisera ou faussera les ressorts du mécanisme délicat de la production des matériaux de la vie... Mais n'est-il pas permis d'espérer que l'échec inévitable des tentatives de réorganisation artificielle de la société, et le surcroît de misère et de souffrances dont elles seront suivies,feront naître une conception plus saine du rôle de la loi et détermineront la création d'un parti anti-socialiste aussi bien qu'anti-protectionniste. Nous n'ignorons pas que la constitution d'un parti qui n'aurait à offrir à ses officiers et à ses soldats ni « places », ni protections ou subventions, ni bureaux de tabac, pourrait, au premier abord, sembler [14] une entreprise chimérique. On connaît le mot du président Jackson: aux vainqueurs les dépouilles! Pourquoi lutterait-on s'il n'y avait pas de dépouilles, se disent les politiciens de l'école de Jackson ; mais, ne leur en déplaise, il y a encore, il y aura toujours des hommes disposés à servir gratis une bonne cause, et c'est pourquoi nous ne désespérons pas de voir se fonder, au xxe siècle, un parti qui a manqué au xixe : le parti du moindre gouvernement.

G DE MOLINARI.

 

3. Gustave de Molinari’s “Last Words” (1911) (Extracts)

Source: G. de Molinari, Ultima verba: mon dernier ouvrage (Paris: V. Giard & E. Brière, 1911). "Préface," pp. i-xvii.

[i]

PREFACE

Presque arrivé aux limites de la vie humaine — je suis maintenant dans ma 92e année — je vais publier mon dernier ouvrage. Il concerne tout ce qui a rempli ma vie: la liberté des échanges et la paix. Mais quoique la sphère de la paix se soit prodigieusement élargie et que les souverains prodiguent les démonstrations pacifiques, ces idées fondamentales sont partout en baisse. Pourtant il semblait vers le milieu du XIXe siècle qu'elles dussent désormais régir le monde civilisé. Le roi Louis-Philippe ne disait-il pas dans sa réponse à une députation « que la guerre coûtait trop cher et qu'on ne la ferait plus ».
Ces dispositions pacifiques avaient des antécédents: Henri IV endoctriné par Sully avait déclaré qu'il n'y aurait plus de guerre entre les prince chrétiens. Au XVIIIe siècle, l'abbé de Saint-Pierre [ii] s'était fait le bienfaisant propagateur des idées pacifiques et l'abbé Coyer engageait la noblesse à adopter un état plus lucratif quo le métier des armes. Telle était alors la force du mouvement pacifique que Turgot votait sans hésiter le maintien de la paix avec l'Angleterre, en dépit des velléités belliqueuses de la jeune noblesse, qui allait aider à conquérir l'indépendance des possessions anglaises d'Amérique. A la fin des hostilités, sous l'influence des physiocrates, et peut-être d'Adam Smith, le traité de 1786 lia la France et l'Angleterre par une convention qui serait aujourd'hui considérée comme un triomphe libre-échangiste.

---

Mais la Révolution devait bientôt ajourner pour longtemps l'application des principes de paix et de liberté. Après vingt-cinq années de guerre, les puissances européennes célébraient au Congrès de Vienne le retour de la paix générale et réduisaient à deux milliards la somme de leur appareil de guerre. — Elles ne devaient pas tarder à l'augmenter: les dépenses militaires et navales atteignent aujourd'hui, dans l'ensemble des pays civilisés, plus de douze milliards en pleine paix. Le budget de la France, qui à la veille de la [iii] Révolution était d'environ cinq cent millions, dépasse aujourd'hui quatre milliards dont la majeure partie est employée à préparer la guerre ou à solder les dettes laissées par les guerres antérieures. — Mais le milieu du XIXe siècle a vu surgir une recrudescence de l'esprit militaire; les conflits se sont multipliés: on a vu éclater les guerres d'Italie, de Crimée, austro-allemande, de Sécession, répression do la révolte des Sicks aux Indes, guerre franco-allemande, russo-turque, italo-abyssine, turco-grecque, hispano-américaine, russo-japonaise et marocaine qui ont éloigné les grandes espérances que les Congrès et les Ligues contre la guerre avaient fait concevoir. Les manifestations pacifiques dont le souverain de Russie avait pris l'initiative n'ont pas empêché les grandes puissances de décupler leurs armements. Et cependant la sécurité s'est considérablement accrue. I1 n'y a plus guère de peuples qui demandent à la guerre l'augmentation de leurs ressources. Au contraire, les nations victorieuses, aussi bien que les vaincues, voient s'aggraver leur dette. Autrefois la guerre était profitable à ceux qui l'entreprenaient, s'ils étaient vainqueurs, car ils conquéraient des provinces pu des royaumes qui augmentaient d'une manière permanente les bénéfices de la guerre, témoin la conquête de l'Angleterre par les Normands. Mais [iv] cette situation a changé; il n'est aucune guerre qui profite à ceux qui l'entreprennent, même s'ils sont vainqueurs: les profits qu'ils en retirent sont inférieurs à ce que vaudrait l'échange de leurs produits contre ceux d'une contrée réputée ennemie. C'est ainsi qu'il en a coûté à l'Allemagne une somme supérieure aux cinq milliards que lui avait rapporté le conflit avec la France: les armements auxquels l'a entraînée la crainte d'une revanche ont beaucoup dépassé les profits de l'annexion d'une province et de la contribution de guerre. N'oublions pas que les bénéfices en ont été perçus par une classe peu nombreuse de la population, alors que le fardeau de l'impôt a été alourdi pour les autres.

Cependant depuis près d'un demi-siècle les intérêts militaires ont toujours paru prendre une prépondérance de plus en plus grande. C'est une contradiction qui tient à ce que, dans l'ensemble des nations, les gouvernements et la classe sur laquelle ils s'appuient de préférence sont ou se croient intéressés à l'état do guerre. Il est évident que la situation des classes influentes n'a pas été amoindrie par la guerre: même en Amérique la guerre de Sécession qui avait ruiné les provinces vaincues a occasionné aux provinces du Nord et aux industriels dé l'Est vainqueurs une recrudescence de [v] protectionnisme qui a abouti au régime des trusts et engendré les milliardaires. En Allemagne, la classe militaire a vu sa puissance augmenter par l'accroissement des budgets de la guerre et de la marine, et les industriels ont exhaussé leurs bénéfices grâce aux tarifs protecteurs, mais la masse a vu enchérir ses denrées alimentaires et s'accumuler les emprunts dont elle doit, en définitive, payer les frais sans cesse croissants. Aussi les classes dominantes ont-elles intérêt à conserver la propriété des masses gouvernées qui leur fournissent la plupart des revenus militaires ou civils dont elles vivent.

---

Si, à l'encontre de ce que l'on espérait au début de ma carrière, en ces premières années du XXe siècle on peut constater le progrès des sentiments belliqueux dans les classes supérieures, on doit remarquer aussi que, dans ce même intervalle, le protectionnisme s'est étendu sur tout le monde civilisé, à l'exception de l'Angleterre restée jusqu'ici libre-échangiste. Cependant je demeure toujours un ferme partisan de la paix et de la liberté. Ce qui me fait croire à leur triomphe final c'est que des progrès de tout genre ont multiplié les échanges et diminué ainsi le coût de la vie tandis que là guerre a pour résultat de l'enchérir. Il y a ainsi entre la [vi] guerre et la paix une différence fondamentale. On ne peut pas dire que la guerre travaille gratis, même si elle est victorieuse, tandis que l'échange augmente quand même les profits des deux parties. Ce qui redouble mes espérances, c'est que depuis un siècle la face du monde a été modifiée: innombrables inventions, grâce auxquelles la richesse s'est développée et multipliée, ont ajouté à l'agrément de l'existence. La guerre empêche la richesse de s'accroître; elle a pour effet d'augmenter les frais de production tandis que les inventions ont généralement pour but de les abaisser. Cependant les inventions n'ont pas seulement pour résultat de rendre la vie meilleure, au contraire elles ont aussi perfectionné l'art de la guerre: fusils et canons ont augmenté leur portée destructive, on a ajouté aux anciens de nouveaux engins destructifs: torpilles, sous-marins, dirigeables et aéroplanes même, dynamite et autres explosifs. Enfin chaque jour apporte son perfectionnement dans l'art d'anéantir ses semblables et les fruits de leur activité, on sorte que les inventions qui ont pour objet de détruire pourraient bien dépasser celles qui concourent à améliorer le sort de l'humanité; les peuples seront ainsi obligés, s'ils ne se resaisissent promptement, de supporter le coût croissant de la guerre et de ses préparatifs. Le pourront-ils longtemps? [vii]
Durant une assez longue période après la fin des guerres du premier Empire, le monde avait joui de la paix. On avait donc alors quelque raison de croire que la guerre cesserait de ravager le monde. Les Congrès de la paix commençaient à se multiplier. La liberté des échanges trouvait aussi d'ardents protagonistes. En Angleterre les réformes de M. Huskisson faisaient prévoir la disparition du protectionnisme, celles auxquelles Richard Cobden et Robert Peel ont attaché leur nom annonçaient sa fin prochaine. On pouvait se flatter de l'espoir que la civilisation aurait pour auxiliaire la paix et la liberté et que de cette époque daterait la cessation de l'hostilité des peuples. Les révolutions et les guerres ne tardèrent pas â faire rompre la paix et reparaître le protectionnisme. Les tarifs des douanes ont continué à séparer les nations, et même on peut craindre l'accroissement et l'extension du régime protecteur.

---

Cependant depuis plus d'un demi-siècle une véritable efflorescence a commencé à changer la face du monde. Dans le cours de ma longue existence j'ai vu naître les chemins de fer dont le réseau atteint actuellement un million de kilomètres. Des [viii] vapeurs traversent aujourd'hui les océans. L'électricité transmet les pensées du monde entier. La photographie est devenue l'auxiliaire des relations. Dans mon enfance on n'écrivait qu'avec des plumes d'oie; on ne connaissait pas plus les plumes métalliques que les timbres-postes ou la bougie, le gaz venait à peine de naître. Des milliers d'inventions facilitent la vie. Même les fruits de l'intelligence étaient alors moins nombreux et commençaient seulement à se répandre dans les masses. L'état mental actuel des esprits est à peine comparable à ce qu'il était à la veille du commencement du XIXe siècle. Mais l'état moral de l'humanité est inférieur à celui de son intelligence. De là, la grande crise dans laquelle se débattent aujourd'hui lés sociétés en voie de civilisation. On pourrait presque les comparer à ces gens auxquels les hasards de la loterie procurant soudainement un million ont modifié du jour au lendemain leur existence matérielle sans rien changer à leur état intellectuel: la plupart de ces gagnants ne songent qu'à améliorer leur bien-être matériel, quand ils ne se livrent pas aux pires jouissances, mais leur moralité reste la même, si même elle ne s'abaisse pas. C'est pourquoi l'on peut presque dire que le progrès de la civilisation s'est plutôt ralenti que précipité, car il dépend à la fois de l'intelligence et de là moralité. [ix]

---

A peu près au même moment que cette efflorescence des inventions est apparu le socialisme.

C'est une tendance devenue universelle de renverser les gouvernements pour leur substituer un régime égalitaire. Le socialisme ne trouve, en somme, une absolue résistance que dans les classes dont il bouleverse les moyens d'existence. Jusqu'à présent il n'a pas découvert un système propre à remplacer l'ancien régime sous lequel l'humanité à vécu, quelques diverses qu'en aient été les formes. Il a suscité des révolutions et des guerres civiles et selon tout apparence il en suscitera encore d'autres.

Mais quel est le régime préconisé par le socialisme? Né de l'ensemble des souffrances que les peuples ont éprouvées du fait de leurs dominateurs, ils en voient le remède dans la propriété d'eux-mêmes. Ils travaillent, en conséquence, à expulser leurs dominateurs et à les remplacer par un gouvernement issu d'eux-mêmes: c'est ainsi qu'est né le gouvernement parlementaire ou constitutionnel. Et dans l'ignorance des lois naturelles par lesquelles la Providence gouverne les hommes en se bornant à en prescrire l'observation, -ils ont institué des lois multiples, plus souvent nuisibles [x] qu'utiles à ceux qu'ils voulaient protéger. C'est pourquoi le socialisme, dans l'ensemble de ses systèmes, en admettant qu'il réussisse à les installer, aboutirait à la ruine des sociétés. Et les chefs d'Etats, monarchistes ou républicains, quels que soient les mobiles auxquels ils obéissent, ont tort de leur céder, même s'ils sont poussés par les sentiments les plus purs et les plus élevés tels que ceux de la philanthropie.

Sans qu'il y paraisse, le régime parlementaire et constitutionnel aboutit au socialisme car de socialisme n'est autre chose que l'appropriation de tous les moyens de se procurer des richesses, y compris la direction de la société. Le régime constitutionnel et parlementaire est demeuré la propriété des classes supérieures qui se sont enrichies et possèdent la plus grande partie des moyens de subsistance. C'est pourquoi elles sont dénommées classe capitaliste et sont plus que jamais l'objet d'une envieuse considération. Mais le socialisme veut s'emparer de la richesse existante. La lutte entre le socialisme et le capitalisme est donc éternelle. Cependant, il est avéré que dès que les socialistes deviennent capitalistes, ils changent d'opinion et deviennent à leur tour les défenseurs du capital. Ils cèdent le moins possible au socialisme et c'est ainsi qu'on a pu dire, en modifiant les [xi] termes, qu'un jacobin ministre n'est pas nécessairement un ministre jacobin.

La direction de l'Etat est l'objet du régime parlementaire auquel presque tous les anciens maîtres des Etats se sont ralliés en considérant les avantages matériels qu'ils y trouvent.

La Révolution a simplement changé l'apparence du régime qui jusque-là avait été dominant. Les monarques étaient jusqu'alors considérés comme les propriétaires de leurs peuples; la Révolution a changé nominalement cet état de choses: les peuples devenus propriétaires d'eux-mêmes sont désormais chargés de se gouverner. Ils ont d'abord élaboré une constitution édictant leurs droits et leurs devoirs. Mais ils sont incapables de se conduire, et, en fait, ce régime n'est autre que la domination d'une classe sur la multitude. Cette domination d'une classe gouvernante peu nombreuse excite l'opposition de la masse exclue du gouvernement. Aussi, bien qu'il n'y ait qu'une classe qui exerce lé pouvoir et une opposition, comme il y a une masse électorale à peu près illimitée, on a vu se multiplier les partis avides de gouverner. Mais, que ce soit monarchie ou république, on peut constater la cherté progressive du gouvernement car la classe bureaucratique qui en dépend s'est prodigieusement accrue. Le gouvernement à bon marché [xii] semble plus que jamais devenir une utopie puisque le régime constitutionnel augmente encore ainsi les frais du gouvernement belliqueux et protectionniste quoiqu'il les reporte souvent, sur les générations futures en les laissant responsables de ses emprunts et de ses dettes.

On s'imagine communément que ce régime est le plus parfait possible, pourtant on remarque de nombreux symptômes de décadence même chez les peuples les plus avancés en civilisation. Nous croyons qu'il sera perfectionné comme l'a été la machine à vapeur et le métier à tisser. Et déjà l'on peut conjecturer ce que seront ces progrès en voyant quelles évolutions ont subies les entreprises financières ou industrielles. Mais si le perfectionnement du régime constitutionnel est possible, il peut aussi être retardé à cause du grand nombre d'individus incapables qui remplissent les devoirs électoraux. Nous ne parlons pas de l'extension aux femmes du droit de vote, que nous ne souhaitons pas, bien que nous soyons tout l'opposé d'un antiféministe, parce que plus il y aura d'électeurs, plus les résultats seront mauvais. Et ce n'est pourtant pas déjà brillant. Si l'on regarde d'un peu près les faits et gestes des représentants du peuple, on aperçoit partout leur inconséquence: En Espagne les uns consentent à [xiii] laisser fusiller Ferrer sous prétexte qu'il enseignait une morale contraire à celle du gouvernement, qui n'en a pas, et les autres sous prétexte de libéralisme, rompent avec le Pape à propos d'associations religieuses qui conviennent à certains partis mais non à tous. En France ils ont confisqué des biens et prononcé le bannissement de religieux et religieuses qui enseignaient une doctrine qui leur déplaisait; pour accomplir ce travail ils se sont adjugé individuellement quinze mille francs par an! En Belgique, nous avons été témoin d'une enquête libérale dirigée contre les pauvres femmes qui faisaient donner à leurs enfants l'enseignement congréganiste, le résultat a été d'amener le parti clérical au pouvoir, où il se maintient depuis vingt-six ans malgré la rancune d'une partie des électeurs mécontents de le voir monopoliser places et faveurs du gouvernement pour ses créatures au détriment de l'industrie et du commerce qui en font les frais. En Allemagne, les représentants du peuple se montrent les humbles serviteurs du gouvernement qui opprime les anciens sujets du Danemark et les Polonais obligés à un service militaire et à des impôts qu'ils ne doivent pas. En Russie, la Douma a accepté le transfert au peuple des charges et emprunts de là guerre avec le Japon et a, en outre, ratifié le despotisme infligé aux Juifs, [xiv] aux Polonais et aux Irlandais. En Amérique, les représentants du peuple ont ratifié la confiscation des intérêts des vaincus des Etats du Sud au profit des industriels protectionnistes du Nord et de l'Est qui en ont profité pour accaparer les industries protégées, d'où découlent les trusts avec les milliardaires, et remplacé l'esclavage par le mépris et le lynchage des noirs. Leurs politiciens sont pour la plupart tellement décriés que les honnêtes gens ne veulent pas les recevoir... et le malheur est qu'en nombre d'autres pays ils commencent aussi à glisser sur cette pente. En Italie ils ont augmenté le fardeau des impôts dans des proportions telles que l'émigration s'y est développée d'une façon intense. En Angleterre des scènes de pugilat se sont produites en plein Parlement de même qu'en Autriche-Hongrie où les antisémites se livrent à leurs fureurs et les diverses nationalités à leurs disputes pour la prééminence dans la direction des affaires de l'Empire, ne retrouvant un peu d'accord que lorsqu'il s'agit de s'emparer du bien d'autrui comme l'annexion de la Bosnie-Herzégovine, par exemple. En Turquie, ne voit-on pas aussi une petite coterie, sorte de comité directeur, s'efforcer de faire prévaloir les intérêts du « turquisme » au lieu de régir équitablement ceux de toutes les populations qui forment l'ensemble du pays. Tels ont [xv] été quelques-uns des faits et gestes des représentants du peuple sous le régime qualifié de constitutionnel.

Mais on peut se figurer un régime supérieur au régime constitutionnel. Et ce régime, modelé sur là constitution naturelle de l'industrie, sera énormément simplifié. Déjà les compagnies de transport, les institutions financières, les sociétés industrielles et commerciales ont un conseil d'administration dont les opérations sont surveillées par des délégués des actionnaires et aussi par ces derniers qui se réunissent une fois l'an, parfois deux, pour examiner les affaires, prendre les décisions utiles et ratifier les comptes. Ils participent aux travaux de l'assemblée suivant le nombre d'actions qu'ils possèdent. Une partie du conseil d'administration est nommée par le fondateur de l'entreprise, la ratification des autres nominations est réservée aux actionnaires après proposition du président et du Conseil. Les membres de ces conseils sont généralement rééligibles et restent en fonctions leur vie durant. Ils diffèrent peu en cela des ministres de l'ancien régime monarchique, témoin Colbert, tandis que ceux du régime constitutionnel sont devenus d'une mobilité excessive, selon l'état des partis qui se partagent les parlements. — Dans les entreprises privées, les assemblées nomment un [xvi] président qui est le principal directeur des opérations de l'affaire et reçoit des appointements supérieurs à ceux des autres conseillers, sans être cependant excessifs. Ces appointements ne se comptent que par milliers de francs tandis que ceux des monarques constitutionnels, issus dé l'ancien régime, se comptent par millions. Tel est le progrès politique que nous avons en vue et qui sera suivi de tous les autres.

On pourrait objecter que la plupart des assemblées parlementaires travaillent activement et font des lois auxquelles tous les peuples de la monarchie ou de la république sont soumis bien qu'elles soient seulement l'oeuvre d'une partie du parlement. Mais on compte les lois utiles, à peine une seule sur une centaine, et les décrets d'un conseil d'administration seraient plus efficaces quoiqu'ils soient issus de la même source, savoir, de la généralité des actionnaires c'est-à-dire du suffrage universel. L'avènement du socialisme a sensiblement augmenté le nombre des lois car les socialistes ignorent en quoi consistent les lois naturelles; ils sont convaincus que celles qu'ils fabriquent sont supérieurement faites et ils en exigent l'application rigoureuse. Dans ce but leurs ministres multiplient les fonctionnaires. Mais à peu près toutes les lois inspirées par le socialisme sont faites pour une certaine classe [xvii] d'hommes à laquelle elles semblent profiter bien qu'elles leur soient nuisibles. Car tout ce qui change la destination de la fortune de l'ensemble des contribuables est loin d'être toujours favorable à la richesse publique. En faisant passer les ressources dés classes favorisées de la fortuné en des mains moins capables ou plus dispendieuses et en augmentant lès dépenses militaires, le protectionnisme et le fonctionnarisme, la richesse diminuera et les dettes s'accroîtront jusqu'à ce que le pays ne puisse plus en supporter le fardeau. Peut-être est-ce ainsi que, selon toute apparence et malgré le développement progressif de la civilisation, se perdront les Etats les plus florissants. C'est de cette sorte qu'a péri le monde romain, bien autrement civilisé que la nuée des barbares qui l'entourait. Les vices intérieurs et les dépenses excessives écraseront la civilisation actuelle comme les Barbares l'ont écrasée, dans l'antiquité. Ce sera un nouveau mode de destruction non moins certain et aussi complet que le précédent.

 

BIBLIOGRAPHY

i. Primary Sources

a. Articles

Molinari, Gustave de, "De la production de la sécurité," Journal des Économistes 21 (1849): 277; translated by J. Huston McCulloch, The Production of Security, Occasional Paper Series #.2 New York: Center for Libertarian Studies, 1977.

Gustave de Molinari, "1899", Journal des Économistes, Janvier 1900, pp. 5-11.

Gustave de Molinari, "La Décadence de l'Angleterre", Journal des Économistes, Mai 1900, pp. 179-83.

Gustave de Molinari, "Le XIXe siècle", Journal des Économistes, Janvier 1901, pp. 5-19.

Gustave de Molinari, "Le XXe siècle", Journal des Économistes, Janvier 1902, pp. 5-14.

b. Books

Gustave de Molinari, Les Soirées de la rue Saint-Lazare; entretiens sur les lois économiques et défense de la propriété. (Paris: Guillaumin, 1849). A translation of the "Eleventh Soirée" (on government and its functions) is included in the online version of David Hart's article on Molinari in the Journal of Libertarian Studies at http://www.libertarianstudies.org/journals/jls/JLS6_1.asp .

Gustave de Molinari, L'Évolution économique du dix-neuvième siècle. Théorie du progres (Paris: C. Reinwald 1880).

Gustave de Molinari, L'Évolution politique et la révolution (Paris: C. Reinwald, 1884).

Gustave de Molinari, Les Lois naturelles de l'économie politique (Paris: Guillaumin, 1887.

Gustave de Molinari, La Morale économique (Paris: Guillaumin, 1887).

Gustave de Molinari, Notions fondamentales d'économie politique et programme économique (Paris: Guillaumin, 1891).

Gustave de Molinari, Précis d'économie politique et de morale (Paris: Guillaumin, 1893).

Gustave de Molinari, Science et Réligion (1894). Translated as Religion, trans. Walter K. Firminger, 2nd enl. ed. (London: S. Sonnenschein; New York: Macmillan, 1894).

Gustave de Molinari, Comment se resoudra la question sociale? (Paris: Guillaumin, 1896).

Gustave de Molinari, La Viriculture (Paris: Guillaumin, 1897).

Gustave de Molinari, Grandeur et decadence de la guerre (Paris: Guillaumin, 1898).

Gustave de Molinari, Esquisse de l'organisation politique et économique de la Société future (Paris: Guillaumin, 1899).

Gustave de Molinari, Les Problèmes du XXe siècle (Paris: Guillaumin, 1901).

Gustave de Molinari, Questions économiques a l'ordre du jour (Paris: Guillaumin, 1906).

Gustave de Molinari, Théorie de l'évolution: Économie de l'histoire (Paris: F. Alcan, 1908).

Gustave de Molinari, Ultima Verba: Mon dernier ouvrage (Paris: V. Girard et E. Briere, 1911).

ii. Secondary Sources

Hart, David M., "Gustave de Molinari and the Anti-statist Liberal Tradition" Journal of Libertarian Studies, in three parts, (Summer 1981), V, no. 3: 263-290; (Fall 1981), V. no. 4: 399-434; (Winter 1982), VI, no. 1: 83-104. Available online in PDF format from the Journal of Libertarian Studies at http://www.libertarianstudies.org/jls.asp (Part 1 at http://www.libertarianstudies.org/journals/jls/JLS5_3.asp ) or in HTML from

 

Endnotes

1 Gustave de Molinari, Esquisse de l'organisation politique et économique de la Société future (Paris: Guillaumin, 1899). Translated as The Society of Tomorrow: A Forecast of its Political and Economic Organization, ed. Hodgson Pratt and Frederic Passy, trans. P.H. Lee Warner (New York: G.P. Putnam’s Sons, 1904). <http://oll.libertyfund.org/titles/228>.

2 For biographical information about Molinari see Gérard Minart, Gustave de Molinari (1819-1912), pour un gouvernement à bon marché dans un milieu libre (Paris: Institut Charles Coquelin, 2012) and Hart, David M., "Gustave de Molinari and the Anti-statist Liberal Tradition" Journal of Libertarian Studies, in three parts, (Summer 1981), V, no. 3: 263-290; (Fall 1981), V. no. 4: 399-434; (Winter 1982), VI, no. 1: 83-104 (available online at <???>.

3 “L'office des mandataires se réduit à la conclusion des contrats ; cet office rempli, leur mandat expire. Cependant, il peut être nécessaire de surveiller l'exécution de ces contrats et d'en modifier les termes quand l'expérience en a montré les défauts ou les lacunes, ou bien encore quand des faits nouveaux apportent quelque changement dans les conditions d'existence de la société. Une délégation permanente des consommateurs de services collectifs peut donc avoir sa raison d'être. Mais il se peut aussi que l'observation des clauses du contrat soit suffisamment garantie par la surveillance de la presse ou des associations librement instituées dans ce but, et que ces clauses n'aient pas besoin d'être modifiées. Dans ce cas, une représentation officielle des consommateurs serait inutile et la collectivité nationale pourrait en faire l'économie.”

4 “La conquête, bien que n'étant autre chose qu'une forme du vol, avait été utile à l'espèce humaine, partant morale, en ce qu'elle avait rendu possibles la production et l'échange, sources de la richesse. La sujétion fruit de la conquête participait du vol et de l'échange. Le maître rendait des services au sujet et en fixait le prix à sa convenance. Si ce prix dépassait la valeur du service, le surcroît consistait en une richesse acquise aux dépens du sujet. Et tel était le cas ordinaire. Un «as analogue se présentait aussi lorsque le producteur d'un produit ou d'un service quelconque était plus fort que le consommateur de ce produit ou de ce service et pouvait en fixer le prix au-dessus de sa valeur. C'était le cas du monopole. Le monopole était naturel ou artificiel.Le monopole était naturel lorsque le producteur était seul capable de fournir le produit dont le consommateur avait besoin, et lorsque son besoin de le vendre était moins intense que celui du consommateur de l'acheter, — ce qui le rendait le plus fort. Le monopole était artificiel lorsque le producteur avait seul le droit do vendre le produit ou pouvait empêcher tout autre producteur de l'offrir au consommateur au-dessous du prix qu'il lui convenait de fixer.”

5 “II n'existe plus qu'un nombre chaque jour plus restreint de monopoles naturels. Ces monopoles, à commencer par celui de l'assurance de la vie et de la propriété individuelles et de la conservation du domaine national, sont gérés par l'Etat, les sous-Etats des provinces, des départements et des communes. Cette gestion en régie occasionne à la nation la même déperdition de forces qu'il est dans la nature de tout monopole de causer. Cependant, elle peut être évitée du moins en partie par un recours indirect à la concurrence. Il n'est pas nécessaire que l'Etat ou un sous-Etat se charge de gérer lui-même un monopole naturel. Il peut contracter pour cette gestion, d'une manière temporaire et même illimitée, sauf à surveiller l'exécution du contrat, avec des maisons ou des associations concurrentes, présentant les garanties matérielles et morales nécessaires. Dans ce cas le prix du produit ou du service pourra ne pas dépasser celui d'une industrie de concurrence, quoique le stimulant qui pousse celle-ci à perfectionner ses procédés et son outillage soit moins pressant et plus faible.”

6 “Presque arrivé aux limites de la vie humaine — je suis maintenant dans ma 92e année — je vais publier mon dernier ouvrage. Il concerne tout ce qui a rempli ma vie : la liberté des échanges et la paix.”

7 “Dans les pays dits constitutionnels où les gouvernés sont en nombre plus ou moins considérable pourvus du droit électoral, la grande majorité use de ce droit pour en tirer un profit quelconque ou s'abstient d'en user. A la condition de favoriser les intérêts les plus influents, le gouvernement peut impunément sacrifier ou négliger les autres. Or les intérêts les plus influents sont précisément ceux de la classe dans laquelle se recrutent les hauts fonctionnaires civils et militaires qui demandent leurs moyens d'existence au budget de l'Etat, les propriétaires fonciers et les industriels qui se partagent le budget de la protection. Comment donc cette classe budgétivore ne pousserait-elle pas à l'augmentation continue des dépenses dont elle profite, et n'emploierait-elle pas à les multiplier la puissance de l'Etat dont elle dispose?”

8 “Mais, que ce soit monarchie ou république, on peut constater la cherté progressive du gouvernement car la classe bureaucratique qui en dépend s'est prodigieusement accrue. Le gouvernement à bon marché semble plus que jamais devenir une utopie puisque le régime constitutionnel augmente encore ainsi les frais du gouvernement belliqueux et protectionniste quoiqu'il les reporte souvent, sur les générations futures en les laissant responsables de ses emprunts et de ses dettes.” [Ultima verba, p. xi-xii].

9 “Mais on peut se figurer un régime supérieur au régime constitutionnel Et ce régime, modelé sur là constitution naturelle de l'industrie, sera énormément simplifié. Déjà les compagnies de transport, les institutions financières, les sociétés industrielles et commerciales ont un conseil d'administration dont les opérations sont surveillées par des délégués des actionnaires et aussi par ces derniers qui se réunissent une fois l'an, parfois deux, pour examiner les affaires, prendre les décisions utiles et ratifier les comptes. Ils participent aux travaux de l'assemblée suivant le nombre d'actions qu'ils possèdent. Une partie du conseil d'administration est nommée par le fondateur de l'entreprise, la ratification des autres nominations est réservée aux actionnaires après proposition du président et du Conseil. Les membres de ces conseils sont généralement rééligibles et restent en fonctions leur vie durant. Ils diffèrent peu en cela des ministres de l'ancien régime monarchique, témoin Colbert, tandis que ceux du régime constitutionnel sont devenus d'une mobilité excessive, selon l'état des partis qui se partagent les parlements. — Dans les entreprises privées, les assemblées nomment un président qui est le principal directeur des opérations de l'affaire et reçoit des appointements supérieurs à ceux des autres conseillers, sans être cependant excessifs. Ces appointements ne se comptent que par milliers de francs tandis que ceux des monarques constitutionnels, issus dé l'ancien régime, se comptent par millions. Tel est le progrès politique que nous avons en vue et qui sera suivi de tous les autres.” [Ultima Verba, pp. xv-xvi]

10 “Cependant cette part déjà insuffisante est chaque jour menacée d'être restreinte davantage tant par les dépenses rapidement croissantes des guerres et des dettes de l'Etat que par la diminution de la productivité des industries qu'il accapare en les soustrayant à la concurrence. On peut donc craindre que les forces destructives de la richesse ne finissent par l'emporter sur les forces productives et que l'évolution ne se termine, après une période de décadence, par la ruine.”

11 L'homme ne peut, dans les meilleures conditions possibles, effectuer en dix heures qu'un travail de 220.000 kilogrammètres. En une heure, une machine de 1 cheval-vapeur fait 270.000 kilogrammètres, soit plus qu'un homme en dix heures. On peut donc avancer qu'il faut, en général, 10 hommes pour faire le travail d'une machine de 1 cheval-vapeur. (Henri De Pahville. *Causeries scientifiques*).

12 30.570.000 liv. st. à l'importation et 43 152.000 liv. st. à l'exportation.

13 L'influence des voies de communication au xixe siècle, par E. Levasseur, p. 12.

14 D'après les recherches de M. Dudley-Baxter (dans son ouvrage *National Debts*), recherches qui sont, il est vrai, en partie conjecturales pour les périodes un peu éloignées de nous, l'ensemble des dettes nationales des pays civilisés montait, en 1715, à 7 milliards 500 millions de francs. En 1793. l'ensemble des dettes publiques des contrées de notre groupe de civilisation y compris les Etats-Unis et l'Inde anglaise, s'élevait à 12 milliards et demi de francs ; l'Angleterre devait à elle seule plus de la moitié de cette somme. De 1793 à 1820, les dettes nationales s'accrurent infiniment plus que dans les quatre-vingts années précédentes : l'ensemble, à la dernière de ces dates, peut être évalué à 38 milliards de francs dont 23 milliards pour la seule dette anglaise. De 1820 à 1848, le monde jouit d'une paix profonde. Aussi les engagements des nations ne s'élevaient-ils, en 1848, qu'à 13 milliards environ. La Révolution de 1848, les guerres du second Empire, etc., ont porté cette somme à 97.774.000.000 de francs en 1870. On peut estimer enfin que l'ensemble des dettes des nations plus ou moins civilisées dépasse actuellement 130 milliards. (Paul Leroy-Beaulieu. Traité de la science des finances, T. II. chap. XIV. Les dettes des grands Etats).

15 Henri Welschlinger. Journal des Débats, 11 juillet 1900.

16Nous empruntons à notre jeune confrère l'Individualiste, le tableau suivant des résultats de la politique du libre-échange en Angleterre:

Or accumulé : De 1858 à 1899 le total des importations nettes d'or s'est élevé a £ 148.000.000 ou 3.700.000.000 de francs. 1 livre sterling ou £ = 2b francs. 1 livre anglaise vaut 497 grammes. (*) Ce dernier chiffre aurait môme été plus fort; mais des changements fiscaux récents ont exempté d'impôts certains petits revenus.

17 Dans notre chronique du mois de mai dernier, nous avons reproduit une communication de lord Avebury à la Société de statistique sur l'augmentation énorme et continue des dettes publiques. De 42 milliards en 1848 les dettes des Etats civilisés ont monté à 117 milliards en 1873, à 128 milliards en 1888 et à 160 milliards en 1898. La plus forte part, on pourrait dire la presque totalité de ces dettes, a servi à alimenter la guerre ou cette préparation à la guerre qui a pris le nom de paix armée. D'après lord Avebury, les dépenses militaires et navales des grandes puissances européennes se sont augmentées depuis vingt ans dans les proportions suivantes: